| Accueil
Au jour le jour #32

XXXII

Restaurant en terrasse sur la Place des Pistoles. Café à la Vieille Charité. Exposition au Frac Sud, cité de l’art contemporain, avec des œuvres de Martha Wilson, d’Hamish Fulton et d’un groupe d’artistes qui aborde le rapport de la photographie au temps et le pouvoir d’évocation des images : Mnémosyne, de Khaled Abdulwahed, Estefania Peñafiel Loaiza et Sami Trabelsi.

Mâtinée tranquille à l’appartement. Chacun écrit, dessine, peint dans un coin de la salle à manger. Pastis en terrasse. Fraicheur de l’air sous le vent. Promenade dans le dédale des ruelles d’Endoume. La clé se brise dans la serrure de l’ascenseur de notre immeuble. Le ciel rougit le soir au coucher du soleil.

Nous montons tous les quatre à Notre-Dame de la Garde. Là-haut, chacun filme un plan d’un point de vue différent à partir du lieu à Marseille pour notre film mensuel réalisé en commun. En descendant les escaliers, Alice, le dos à l’escalier, dit : « Je fais le calvaire à l’envers ». Le mirage des ondes. Scaloppine de veau, sauce à l’estragon et tagliatelles à La Cantinetta. Cours Julien.

Trois bus pour parvenir jusqu’aux Goudes. Chaleur écrasante sur la pierre blanche des Calanques. Paysage magnifique. On essaie d’oublier les touristes qui nous accompagnent. Les bateaux qui traversent le Passage des Croisettes entre la Baie des singes et l’Île Maïre. Sur le chemin du retour, à pied jusqu’à Montredon. Nous passons devant la Friche de l’escalette mais ne nous arrêtons qu’un peu plus loin pour visiter l’Église Sainte-Eusébie.

Alice dépose sa valise à la consigne de la gare Saint-Charles. Départ pour Paris dans l’après-midi. Repas au Dugommier où nous avons désormais nos habitudes. Dugo, dugo, dugommier. Nous visitons plusieurs expositions à La Friche Belle de Mai. Retrouvailles avec Annabelle Verhaeghe qui y travaille à l’accueil cet été. Nous pourrions demander prochainement au cipM d’accueillir une projection-rencontre des films de la littéraTube.

Impossible de me résoudre à me baigner Plage des Catalans surchargée à cette heure de la journée. Nous remontons par la Corniche. Écriture. Baignade Plage du Prophète en fin d’après-midi. La beauté des ruelles d’Endoume et de leurs villas derrière de hauts murs.

Dense brume qui recouvre toute la ville. Entrées maritimes assez rares ici. Exposition The Holy Seriousness of play de Paulien Oltheten au Centre photographique de Marseille. Nombreux maillots de l’OM remontant la rue de la République. C’est jour de match. Un jeune homme fonçant en trottinette à roulettes dans la descente de la rue d’Endoume dit à son interlocuteur au bout du fil : « C’est parce que t’as pas compris la logique ». La sirène d’un navire qui prend le large dans l’épais brouillard. Plusieurs fois de suite. Bientôt la fin des vacances.

Au jour le jour : bloc-notes quotidien

Édenville, le 9 août 2016

LIMINAIRE le 21/02/2024 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube