| Accueil
LIMINAIRE
Lecture d’un extrait du recueil « Les oiseaux de bois »


Je réponds à l’appel lancé par Tieri Briet et Ricardo Montserrat Galindo sur Diacritik : diffuser, le plus largement, le plus fort possible, la voix de celle qu’un régime autoritaire croit pouvoir étouffer.

Mobilisons-nous, relayons la liberté.

Aslı Erdoğan est une romancière turque, journaliste et militante pour les droits de l’homme. Elle a d’abord poursuivi des études de physique nucléaire qui l’ont amenée à travailler à Genève, dans un laboratoire de recherche nucléaire. Passionnée de danse classique, elle a aussi donné des cours à Istanbul où elle vivait avant d’être arrêtée le 17 août 2016, en même temps que les vingt autres membres de la rédaction du journal d’opposition Özgür Günden, en raison de son soutien à la minorité kurde.

Dans son recueil de nouvelles, intitulé Les oiseaux de bois, Aslı Erdoğan retrouve son univers aux limites du réalisme. Dans la première nouvelle, plusieurs femmes, malades et toutes porteuses d’une histoire, se croisent et se rencontrent dans un sanatorium en Allemagne. Dans Une visite surgie du passé, un homme se souvient de la mort de sa compagne. Les autres nouvelles nous font croiser la route d’une jeune schizophrène, ou celle d’une femme de prisonnier qui garde précieusement les lettres censurées de son mari.

« Le silence dense, épais, presque tangible, me donne l’impression que le temps s’est arrêté. Je ne bouge pas, je reste immobile, droit et raide comme une momie. Je n’entends que ma respiration qui persiste avec un inépuisable entêtement. J’ai enfin atteint les pays sans ombre. Je respire profondément, j’expire, puis je retiens mon souffle aussi longtemps que je le peux ; je reste là en apnée comme si j’avais rendu mon dernier soupir. Je fais une imitation maladroite, une brève simulation de la mort. »

Aslı Erdoğan, Les oiseaux de bois, Actes Sud, p. 61.

Lecture d’un extrait du recueil Les oiseaux de bois, édité aux éditions Actes Sud : Une visite surgie du passé, pages 37-38 et 61-62.



Le collectif L’aiR Nu propose également des lectures des livres d’Aslı Erdoğan sur son site, et notamment dans la rubrique : Les 36 secondes du vendredi.

La tribune de Tieri Briet

Une pétition exigeant la libération immédiate d’Aslı Erdoğan circule, vous pouvez la signer ici.

Une campagne vient d’être lancée relayée par Kedistan, vos vidéos seront publiées sur la chaîne Youtube : “Aslı Erdoğan Okuyorum” (Je lis Aslı Erdoğan)
.

Pour Aslı Erdoğan
Publié le 17 novembre 2016
- Dans la rubrique PROCÈS-VERBAL
Écriture Récit Lecture Sons Livre Citation Art Absence Portrait Société Politique Mort






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter