| Accueil
LIMINAIRE

« Les spéculations qui parsèment le Journal, j’ai conscience qu’elle ne relèvent pas du bon sens près de chez nous. Elles ne relèvent pas de l’espèce de bon sens ni poétique ni philosophique, que cultive remarquablement un essayiste comme Pachet aujourd’hui. Ce ne sont pas seulement des notes vécues. Ce ne sont pas des vécus recyclés, à deviner. La devinette est concave. Ce sont des preuves. On peut travailler là-dessus. Elles sont des précisions générales. Je les ai prouvées dans des circonstances, et les circonstances au-dehors, déjà phrases, s’impriment dans les circonstances décrits. Il y a les mots non circonstanciés. Et il y a les mots parlants, qui sont aimants au monde. »

Lire l’intégralité du Journal de Philippe Beck sur Sitaudis.

Le travail des preuves
Publié le 9 avril 2006
- Dans la rubrique PROCÈS-VERBAL
Écriture Langage Citation Journal






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter