| Accueil
L’art sonore de Dominique Petitgand

Dominique Petitgand réalise des pièces sonores présentées lors d’expositions, de festivals de théâtre, cinéma ou musique, dans le cadre d’installation sonore ou produite sous la forme de disque, à la radio, ou à l’occasion de séances d’écoute qui s’apparentent à des concerts dans l’obscurité.

La parole, les silences, les bruits se mêlent parfois à la musique pour construire, par le biais du montage, des espaces mentaux, des paysages de rêves saisis à voix haute, des micro-fictions flottant en permanence entre un principe de réalité (l’enregistrement de la parole de gens qui évoquent le quotidien) et une projection dans une fiction onirique, décontextualisée et atemporelle. La répétition, les silences, le flottement des identités, des lieux et des structures temporelles, les instants en suspens, les absences et l’attente évoquent les aspects aléatoires et lacunaires de la mémoire.

Dominique Petitgand élabore son travail à partir de l’enregistrement de paroles, de silences, de respirations, de bruits et de musiques qu’il compose, sollicite, déconstruit et découpe. C’est la musicalité des voix, l’ambiguïté révélatrice des gestes, la variation des humeurs, qui retiennent toute son attention dans l’enregistrement puis la composition de ses créations sonores. Il capte ainsi la pertinence d’une parole, son trouble comme sa précision, saisissant ce qui se dit et ce qui s’écrit en silence, entre les sons et le sens de ce qui s’y s’énonce, cherchant à mettre en évidence, à rendre sensible l’articulation d’éléments faisant apparaître une succession d’images mentales et de paysages imaginaires.

GIF - 43.7 ko
Photo © Marc Domage

« Chaque pièce sonore que j’ai faite raconte quelque chose de particulier et la forme de chacune induit un enjeu aussi particulier.

Comme ce que je fais se situe à la croisée de l’art, la musique, l’écriture, le montage et la narration, il est important de ne pas fermer ses multiples réceptions.

Je ne souhaite ni provoquer certains sentiments précis, ni faire voyager les auditeurs.
Voyager c’est un mot trop gentil. Ce que je propose parfois peut être assez cruel ou exigent, ce n’est pas une ballade tranquille. A propos de tranquille, justement, je rechercherais plutôt l’intranquilité et la réflexion des auditeurs. Qu’ils soient pertubés, émus, touchés.

Mais c’est à eux, chacun différemment, à mettre des mots sur leurs émotions et réflexions, à mettre leur propre contexte. Je m’explique : il s’agit pour moi de proposer quelque chose le plus nu, neutre, décontextualisé, intemporel possible (en dehors des références identitaires, sociales, géographiques, historiques ou d’actualités en tout genre) pour que l’auditeur justement remplisse à sa façon, avec ses propres moyens (sa pensée, sa mémoire, sa propre vie) le vide, les creux, les silences, les trous de mes histoires.

Parfois les silences sont nécessaires, ils permettent à l’auditeur de réfléchir à ce qu’il vient d’entendre, ils sont souvent d’un statut ambigu (est-ce la personne qui s’est tue ou la pièce est-elle terminée ?), ils font exister aussi le contexte de la diffusion (le lieu s’écoute aussi dans ces creux), ils ont enfin une aptitude à créer une figure de l’angoisse (la voix qui stoppe, au bord du vide, tranchée net).

Que l’auditeur s’interroge toutes les secondes sur ce qu’il est en train d’écouter.
Une tension permanente.

Parfois les musiques (que je nomme atmosphères musicales plutôt que musiques car elles sont souvent plates, linéaires, ténues) jouent un rôle dramaturgique, elles peuvent être pauses, tensions, contrepoints, pulsions ou guides pour les voix, en accord ou contradictoires, elles jouent plus sur l’affect des auditeurs.

Les diffusions que je propose articulent anciennes et récentes pièces, dans un ordre thématique, il y a un fil conducteur qui passe d’une pièce à l’autre, mais ce fil est suggéré, souterrain. »

Dominique Petitgand

Dans l’alambic de Dominique Petitgand : Atelier de Création Radiophonique,
La voix mobile, sur France Culture.

Dominique Petitgand présente des œuvres muettes, écritures, Interphone, intégrale sonore en consultation et des voix en attente depuis le Samedi 6 Octobre 2018
à la gb agency, à Paris.

Dominique Petitgand présente en ce moment son exposition personnelle, Il propose une séance d’écoute exceptionnelle à la Bibliothèque François Villon, le Jeudi 10 janvier 2019, à 19h.

Cette séance d’écoute, d’une durée de 45 minutes, prend place dans la salle de la bibliothèque plongée dans l’obscurité, face aux arbres du boulevard.

Elle est l’occasion de faire entendre un long récit mental et sonore composé de voix, de bruits, d’atmosphères musicales, de paysages miniatures et de silences.

Cette écoute en immersion est un théâtre de voix anonymes, et de plusieurs générations, qui prennent la parole tour à tour, s’interrogent ou monologuent. Creusées par les silences, comme en suspension dans le vide, les paroles sont fragmentées, bégayées ou en attente, toujours au bord de la fiction et de la rêverie, parfois mises en musique ou accompagnées de sons proches, lointains, domestiques, énigmatiques ou urbains.

L’artiste est présent pour diffuser les sons, prendre la parole à la fin de la séance, et échanger avec le public.


LIMINAIRE le 18/06/2019 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube