| Accueil
LIMINAIRE

« ...Et nous pensons que depuis quatre cents ans la

conscience européenne vit sur une immense erreur de

fait. Ce fait est la conception rationaliste du

monde qui dans son application à notre vie de tous

les jours dans le monde donne ce que j’appellerai

« la conscience séparée. »

Vous allez tout de suite comprendre ce que je veux

dire.

Vous savez tous qu’on ne peut pas saisir la pensée.

Nous avons pour penser des images, nous avons des

mots pour ces images, nous avons des

représentations d’objets. On sépare la conscience

en états de conscience. Mais ce n’est qu’une façon

de parler. Tout cela ne vaut en réalité que pour

nous permettre de penser. Pour regarder notre

conscience, nous sommes obligés de la diviser, sinon

cette faculté rationnelle qui nous permet de voir

nos pensées ne pourrait jamais s’exercer. Mais en

réalité la conscience est un bloc, ce que le

philosophe Bergson appelle de la "durée pure". Il

n’y a pas d’arrêt dans la pensée. Ce que nous

mettons devant nous pour que la raison de l’esprit

le regarde, en réalité est déjà passé ; et la raison

ne tient plus qu’une forme, plus ou moins vide de

vraie pensée. Ce que la raison de l’esprit regarde,

on peut dire que c’est toujours de la mort.

L’histoire qui enregistre des faits est un

simulacre de mort... »

Antonin Artaud, Messages révolutionnaires

La raison vide de vraie pensée
Publié le 10 mars 2006
- Dans la rubrique ENTRE LES LIGNES
Temps Citation Sens Mort






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter