| Accueil
Ateliers d’écriture et création d’un parcours sonore

« Quand nous pensons à quelque événement futur, nous le plaçons dans les lieux où nous le rêvons dans les conditions présentes, et quand il arrive nous sommes dépaysés. »

Carnet de jeunesse de Gustave Flaubert (N.V. I, p. 4)

Né en 1821 à Rouen, l’écrivain Gustave Flaubert a passé l’essentiel de sa vie en Normandie et principalement dans la capitale normande. À Rouen, il est possible de visiter certains lieux où a vécu ce monument de la littérature française et d’en découvrir d’autres, plus récents, qui s’inspirent directement de lui.

En octobre 2021, je propose dans les bibliothèques de Rouen (la bibliothèque Parment et la bibliothèque Simone-de-Beauvoir) une série d’ateliers d’écriture numérique et la création d’un parcours sonore, dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert en 2021.

Les sons se déclencheront, se modulant lors du parcours en fonction de la localisation du marcheur équipé d’un smartphone et d’un casque audio lui permettant de générer son propre parcours sonore. Il s’agira de courtes capsules sonores (prises de sons effectuées sur place, lectures d’extraits de textes de Flaubert, et des récits écrits lors des ateliers d’écriture) géolocalisées dans l’espace public, proposant une immersion dans un paysage sonore à entrées multiples dans lequel passé et présent, réalité et fiction vont se rencontrer.

Une écriture sonore et visuelle de l’espace perçu mais aussi de l’espace mental, intérieur : le paysage de notre perception, de nos sensations. Tension vers la poésie, s’enfoncer dans le paysage, avec des textes courts, passerelles entre peinture et promenade, photographie et souvenirs. Sensations sur le temps qui passe, la marche dans la ville, dans ses jardins, la création, la pensée. Le lieu et le lien qui nous y unit, dans le temps et dans l’espace. Une invitation à déambulation sonore : espace à explorer, parcours d’écriture, de lecture et imaginaire mobilisé.



« Antoine rêve qu’il est Antoine. Le réfléchit. Rêve de confort, croisières luxueuses ; cette mobilité est un équivalent supérieur de l’immobilité. Lorsque nous en serons au chapitre de l’orgueil, la science nous apprendra que l’immobilité n’est jamais qu’une apparence, que la Terre tourne elle-même et que, même quand nous croyons ne pas bouger, nous sommes toujours en mouvement par rapport à quelque chose. Tchouang-Tseu rêve qu’il est un papillon qui rêve qu’il est Tchouang-Tseu. Antoine rêvant qu’il est Antoine nous montre que le personnage auquel nous commençons à nous identifier est lui-même en voie d’identification. Le lecteur s’aperçoit qu’il rêve qu’il est Antoine. »

Improvisations sur Flaubert, Michel Butor.


LIMINAIRE le 18/09/2021 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube