| Accueil
Au jour le jour #34

XXXIV

Les rues vides de Paris ce dimanche matin. Visite avec Caroline de l’exposition “Aimer. Rompre” de Françoise Pétrovitch au Musée de la vie romantique. Magnifiques toiles peintes et lavis d’encre sur papier. Café et scone à l’ombre des arbres du jardin du Musée. En passant devant le Musée Gustave Moreau, je pousse Caroline à y entrer. Un lieu incroyable. Incident entre une gardien du musée et un photographe qui prend une jeune femme en photo dans l’escalier en colimaçon du Musée. Les deux ne s’écoutent pas, et ne peuvent donc pas se comprendre, le ton monte. C’est pathétique et déplacé.

Consultation urologique de routine à l’hôpital Saint-Louis. Tout va bien. Jardin de la cour carré de l’hôpital. Sans doute le plus beau coin secret de Paris. Calme et serein. La beauté des bâtiments. Le jardin accueillant, sans bruit. Une femme aux longs cheveux gris marche à reculons sur une ligne de désir dessinée dans la pelouse du jardin. Je la retrouve quelques minutes plus tard à la boulangerie. Douceur de l’air avant la chaleur du jour. Dîner avec Caroline, Fumie et Marie. La fraîcheur de l’herbe du jardin des Récollets qui contraste avec le bitume tiède.

L’été c’est l’époque du pilon. Je désherbe le fonds informatique et numérique dont je suis responsable à la bibliothèque. Je découvre avec tristesse et sidération la liste des langues par ordre de disparition.

Bibliothèque hors les murs au Jardin partagé Louis Blanc ce matin avec ma collègue Emma. Peu de monde mais agréable moment. Discussion et photographie. L’odeur du goudrons chaud sur le trottoir. L’eau pour le refroidir. Je croise Pacôme Thiellement dans ma rue. Anne passe à la bibliothèque. Je suis de standard, je ne peux pas rester discuter avec elle à l’accueil.

Exposition Degas en noir et blanc sur le site Richelieu de la BnF avec Caroline. Le goût de Degas pour l’épreuve unique. Le lien entre ses photographies et son travail d’expérimentation plastique entre dessin et gravure. Le silence de la Salle Labrousse, la beauté de la salle ovale. Café de la librairie de la Mouette Rieuse. Parler des ateliers d’écriture de François Bon avec une inconnue qui a écouté notre conversation. Dans l’attente que l’orage éclate.

Temps gris. Fraîcheur de l’air. Fenêtre ouverte toute la journée, la chaleur des jours précédents reste prisonnière à l’intérieur de la bibliothèque. Combien de temps encore ?

Jour de grand rangement à la maison. Le bruit des tasses, des soucoupes, des cuillères qui s’entrechoquent derrière le zinc du Café des Dames. Elle prend trois sucres Brigitte ! Fraîcheur du soir et de la semaine à venir.

Au jour le jour : bloc-notes quotidien

Ouessant, le 21 août 2011

LIMINAIRE le 21/02/2024 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube