| Accueil
LIMINAIRE
Vases communicants


Vases communicants : Pierre Cohen-Hadria. En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération.

C’est en découvrant le journal de chantier de Piero de Belleville, dans le Petit journal du site de François Bon, que j’ai commencé à tenir un Journal de bataille] sur les chantiers de la ville et leur évolution au fil du temps. Le texte ci-dessous et celui que Pierre Cohen-Hadrai accueille sur Pendant le week-end, forment un journal de chantier à suivre sur les deux sites.


Il y en a certainement d’autres, ça n’a rien d’exceptionnel, mais les immeubles parfois vous parlent. Bizarrement, quelque chose en eux est là qui vous interpelle. Ca ne fait pas de bruit, (« ça ne prévient pas ça arrive/ ça vient de loin/ça s’est promené de rive en rive/la gueule en coin » disait Barbara), mais il y a là quelque chose qui s’impose.

Chantier, photo de Pierre Cohen-Hadria

 

 

 

 

 

 

 

 

mars 2011

Le passé, c’est cette mémoire qui se reconstruit, elle-même transformant alors ce qu’on en pensait et qui devient ce qu’on pensait alors voir, une certaine réalité, un travestissement (ce qui me fait penser à Visconti qui revêtait de tulle des rues entières de Milan pour y figurer le brouillard, dans son film « Nuits Blanches » 1957)

Chantier, photo de Pierre Cohen-Hadria

 

 

 

 

 

 

 

 

mars 2011

et ce coin de rue, en vrai un boulevard et une rue du faubourg, et une place de bataille, ce coin où naguère (jadis ?) se tenait un café bar restaurant le midi, tabac, je fumais alors ce qui ne m’empêchais pas de marcher, et pour ne pas changer, ne pas prendre la ligne qui, de Belleville s’en va à Etoile en passant par Barbès et Rome

Chantier, photo de Pierre Cohen-Hadria

 

 

 

 

 

 

 

 

janvier 2011

Après Col Fab elle sort, passe devant la manufacture d’instruments de musique (je me demande si elle n’est pas « générale » d’ailleurs ») pause à Jaurès, après quelques virages arrive ici, et de là, ce coin, cet ex-tabac, je l’ai dit ailleurs, n’importe, un type maigre derrière le bar, la patron auvergnat rouge, lunettes, fort comme dit le monde, et la saucisse à l’aligot, quelque fois, le verre de vin, les cigarettes et les éboueurs qui jouent leur paye, et puis voilà

Chantier, photo de Pierre Cohen-Hadria

 

 

 

 

 

 

 

 

novembre 2011

détruire, disait-elle

Chantier, photo de Pierre Cohen-Hadria

 

 

 

 

 

 

 

 

février 2012

pour reconstruire, et de moi-même, je regarde, photographie, passe ici, change, mes pas me portent mais mes genoux plient, je marche toujours, j’avance, je reconstitue, je construis une sorte de mémoire de ce lieu qui n’a pas existé, qui n’a pas d’existence sinon dans ma mémoire et quelque fois, croisant là l’ex-barmaid qui, avec son chien péniblement avance, elle aussi, les ans aux épaules et l’amertume aux traits tourne le coin du faubourg, je ne l’arrête pas, je n’en pense pas moins, j’avance et continue, sur l’arrondi de la place, ou en métro découvre le canal qui va au sud-est, au loin vers la Bastille

Chantier, photo de Pierre Cohen-Hadria

 

 

 

 

 

 

 

 

octobre 2011

oui, ma main a tremblé, ou il n’y a pas assez de lumière, il n’y en a jamais assez d’ailleurs, ma route et mon chemin, croisant ici ce canal aux rives lentes, plus haut au nord, la centrale, elle aussi détruite, plus haut encore, toujours au nord les abattoirs où travaillait mon oncle R. import export de porc en Chine tu connais, l’âme des bêtes mortes, j’aime à savoir que dans ces hauteurs se tenait la bibliothèque de l’IDHEC (c’est que j’aime le cinéma), dans ces préfabriqués, quarante années peut-être, un coin de rue, une rotonde envahie de mets sophistiqués pour bipèdes d’un même tonneau couleurs vives et coiffures captieuses, la recherche dans le bijou, donnant juste envie de démolir, en face c’est fait, à la place que verra-t-on, un truc en rond probablement, qui ne durera qu’une dizaine de lustres, nous n’y serons plus (enfin moi) et ces émotions inutilement aiguës ne seront de rien, le monde va, je l’arrête, le répertorie et le date, j’écoute ce qu’il me dit, c’est pour qu’il ne passe pas, pour que le passé cesse sa course vers le lointain et son oubli, pour que la vie soit belle

Chantier, photo de Pierre Cohen-Hadria

 

 

 

 

 

 

 

 

À lire sur les Carnets de Pierre Cohen-Hadra du site Pendant le week-end la suite de mon Journal de bataille : La ville est un texte à trous.

7 commentaires
  • Bataille boulevard/faubourg, de Pierre Cohen-Hadria 2 mars 2012 06:58, par Dominique Hasselmann

    Les chantiers enchantent (un jeu de mots) dans leur désordre, leur furie, les pelleteuses sont des jouets mécaniques, il y en a beaucoup aussi place de la République, elles creusent (le sable apparaît) comme si elles voulaient faire tomber la statue elle-même, heureusement celle-ci s’accroche à son flambeau.

    Ton appareil photo (enfin, ton simple téléphone) est une torchère, ces instants sont saisis, ils resteront quand les aînés auront quitté la « carrière », pas celle de Carrère (cité par Sarkozy incongrument), la Russie est aussi en déconstruction mais Paris se transforme en surface propre, plane, musée à ciel ouvert dont nous sommes encore quelques gardiens attentifs et désabusés.

    Voir en ligne : Le Tourne-à-gauche

  • Une sorte de gruyère de la mémoire -)

  • Bataille boulevard/faubourg, de Pierre Cohen-Hadria 2 mars 2012 16:42, par maryse hache

    à pierre et piero,

    si je puis d’amour, (aime beaucoup moi aussi ces machines, fers à béton / excavation qui montre la terre des villes sous le macadam, les couleurs, les tuyaux qui sortent provisoirement des dalles) ferais bien aussi, sous vos doubles impulsions, un petit journal chantier plus modeste avec images que j’ai beaucoup péchées en torchère iphone surtout, chantier qui se déroule sur une place de la république aussi, mais à orsay, non loin des jonquilles de gif et de celles du jardin mien / â suivre

    Voir en ligne : http://www.semenoir.typepad.fr

  • merci à tous @ Dominqiue Hasselmann : « désabusés » à peine, attentifs certainement... @ Amira : on n’en fera pas un fromage.. @ maryse hache : quelle bonne idée... ! (en parler à Pierre Bergounioux ?)

    Voir en ligne : Pendant le week end

  • à vous suivre aux bords des chantiers parisiens sous le ciel en bataille avec votre regard votre main qui tremble mais parle si bien de...vais finir par aimer la dernière capitale du monde

  • Bataille boulevard/faubourg, de Pierre Cohen-Hadria 4 mars 2012 15:30, par jeandler

    A force d’errer dans une ville, on finit toujours par l’aimer Notre imaginaire la nourrit, la grandit, dévoile ses oripeaux... Les strates de mémoire décryptées.

    Voir en ligne : http://jeandler.blogspot.com

  • Bataille boulevard/faubourg, de Pierre Cohen-Hadria 4 mars 2012 17:42, par Queyraud franck (memoiresilence)

    La vi(lle) est belle ! Salut ! Francky

    Voir en ligne : http://Flanerieqotidienne.fr

Bataille boulevard/faubourg, de Pierre Cohen-Hadria
Publié le 1er mars 2012
- Dans la rubrique VASES COMMUNICANTS
Temps Mémoire Regard Ville Quotidien Paysage Paris Architecture Travail Traces Journal Itinéraire Espace






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter