| Accueil
LIMINAIRE
Des nouilles à l’Abreuvoir, d’Angèle Casanova
Vases communicants : Angèle Casanova (Gadins et bouts de ficelles). En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. « Voir Bobigny – Il n’y a rien à voir à Bobigny. – Pourquoi, ça n’existe pas ? – Si, ça existe, mais il n’y a rien à voir. Ça ne vaut pas la peine de se (...)
C’est parfois domestique, par François Bonneau
Vases communicants : François Bonneau (L’irrégulier). En mémoire de Maryse Hache, de ses empreintes de bienveillance. En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. C’est parfois domestique : On aurait l’impression d’emmener une bête chez le vétérinaire. (...)
Embroussaillement passager, par Sabine Normand
Vases communicants : Sabine Normand (texte et photographie). J’ai rencontré Sabine à l’occasion des ateliers de création que j’ai menés à la médiathèque de Mauguio : Lire la ville. J’ai eu plaisir à suivre ensuite son blog au très beau titre : Tu as voulu voir la mer, avec pour sous-titre : Sur la terre comme au ciel. Très heureux de l’accueuillir (...)
Retour à Melun, par Emma Reel
Vases communicants : Emma Reel. En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. C’est connu, et débattu. Le numérique ne produit rien. Il ne s’agirait que de l’anamnèse du réel, son spectre, son souffle. C’est connu, le numérique est froid. Il n’est (...)
Dans la couleur du jour
Pour une fois ce mois d’août je n’ai pas participé aux Vases communicants, mais comme presque à chaque fois, j’en fais le compte-rendu sur Scoop.it et Twitter. En lisant ce matin l’ensemble des textes de ces vases communicants, j’ai sélectionné une série de phrases dans chacun, que j’ai ensuite mélangée et mixée afin de créer un nouveau texte façon (...)
Voici venu le temps de l’ubiquité… par Franck Queyraud
Vases communicants : Franck Queyraud. En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. Je ne sais pas d’où ca vient mon envie d’aller à San Francisco. Parce qu’après tout, même s’il paraît que le monde s’est raccourci, c’est (...)
Bataille boulevard/faubourg, de Pierre Cohen-Hadria
Vases communicants : Pierre Cohen-Hadria. En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. C’est en découvrant le journal de chantier de Piero de Belleville, dans le Petit journal du site de François Bon, que j’ai commencé à tenir un Journal de bataille] sur les chantiers de la ville (...)
Sur la route, de Jérôme Denis
Vases communicants : Jérôme Denis. En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. Sur la route, il n’y a pas de représenté pas de représentant. Il y a un monde de signes et de marques qui organisent la rencontre entre nos yeux et le ciel, les arbres, (...)
fuoridentro, de Benoît Vincent
Vases communicants : Benoît Vincent. En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. Vous ne savez pas regarder [...] Vous parlez de la ville comme d’une carte, d’une douzaine d’œufs, d’un jouet mécanique ou d’un arthropode à décortiquer. Mais vous n’en savez rien. Vous ne savez pas (...)
Immobile, Jeanne
Vases communicants : Jeanne (Babelibellus). En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. (BO voyages immobiles de Daho) d’une fenêtre de bureau, d’un antre... on aperçoit la montagne et les premières lueurs du soir. on s’efface disparaît devant (...)
Dialogue d’ex-anges, Jacques Bon
Vases communicants : Jacques Bon (Café du commerce). En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. ― Nous avions encore ces vieux pardessus, et ces écharpes, nous qui ne connaissions encore ni le chaud, ni le froid, ni le vent et l’humidité, autrement que par leurs conséquences (...)
C’est ici que tout commence, de Louise Imagine
Vases communicants : Louise Imagine (Il pleuvra demain…). En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. Elle lui avait alors demandé : « Où me faut-il aller ? » 
Pour simple réponse il esquissa un pâle sourire, il aurait tout aussi bien pu grimacer tant son visage resta triste, (...)
Dispositif d’un rêve interrompu (à partir du Marin de Fernando Pessoa), ana nb
Vases communicants : ana nb (Le jardin sauvage). En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. ana nb travaille depuis quelques années à partir du texte du Marin de Pessoa, travail commencé avec Annick Nozatti poursuivi avec Vincent Barras et Jacques Demierre dans le cadre (...)
Km30, Samuel Dixneuf
Vases communicants : Samuel Dixneuf (Lignées) En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. Maintenant, la ville doit s’éloigner dans mon dos : je ne me retourne pas. Le cou tendu, je pédale de toutes mes forces. Comme si la ville allait me retenir. Comme si la ville m’avait (...)
Tête étroite, de Cécile Portier
Vases communicants : Cécile Portier (Petite racine) En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. Mes pas sont longs comme le jour. J’avance, perpendiculaire à l’horizon. J’aurais pu regarder à ma gauche la mer si plate, dont la peau se déchire sur les blocs de béton. J’aurais pu (...)
La petite fille qui regardait ses bulles de savon s’envoler, de Christopher Selac
Vases communicants : Christopher Selac (De l’autre côté du livre) En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits à cette occasion depuis le début de l’opération. Son regard n’existe plus que pour elles. Radieuse, le monde autour d’elle s’évapore un instant, le soleil qui teinte d’or ses cheveux ondulés aussi : elle regarde ses (...)
Garagistes, de Sandra Hinège
Vases communicants : Sandra Hinège (Ruelles) En savoir plus sur les Vases communicants et sur mes textes écrits dans ce cadre. On trouve très peu de vrais garagistes, notre société n’encourage pas ce métier. Il n’existe aucune formation digne de ce nom, aucune voix royale n’y mène, si bien qu’il est convenu de dire que le métier ne s’apprend pas, (...)
Le retour : Candice Nguyen | The One Shot Mi
Vase communicant : Candice Nguyen (The One Shot Mi) En savoir plus sur les Vases communicants tout l’univers, de Microfilm extrait de Stéréodrama Lumière fléchit. Un homme à quelques mètres fait dos au jour. La voix du narrateur comme sortie de la nuit, observe l’homme à travers le reflet d’une baie vitrée. On (...)
À rebours / Marie-Hélène Voyer
Vase communicant : Chroniques d’une avatar En savoir plus sur les Vases communicants Resterait l’oubli, ce grand calme plat à rebours des villes et des heures. Resterait encore le long fleuve monochrome et son silence brise-glace. Un silence boréal sans doute, un silence de faux pas, un silence cousu au revers des étoffes d’aubes. À (...)
Malaklezmeroff / Christophe Grossi
Vase communicant : déboîtements... En savoir plus sur les Vases communicants Le soir, pour passer de Malakoff à Montrouge il vous suffit de traverser l’avenue Pierre Brossolette. La neige grise (la première fois c’était décembre et même si depuis il y a eu d’autres saisons vous avez gardé l’hiver qui revient vite) se mêle à la pierre (...)
Ruines / Daniel Bourrion
Vase communicant : Face Terres... En savoir plus sur les Vases communicants ... ruines que nous trouvions régulièrement sous les monceaux de verdure qui s’étaient chargés de faire disparaître rapidement les dernières traces de nos villes, de toutes nos vies d’avant, du monde tombé sur ses genoux et puis à terre et dont, il faut l’avouer, nous (...)
Parler des Vases communicants en vase-communicant et parler de l’automne sans dire le mot de 15h00 à 16h48
25/08/2010. 15h00. À la hussarde. C’était le moment, ça venait, peut-être le temps de s’assoir devant et de se dire. Tout allait recommencer, ça se voyait (les feuilles jaunes des cerisiers, les cosmos à pétales écarquillés, les tiges sèches des hémérocalles brandies, vaines, debout et vaines), ça recommencerait, surveiller la pendule, la montre, le (...)
THE THRESHOLD
For many men that stumble at the threshold are well foretold that danger lurks within. W. Shakespeare Au seuil d’un jour qui ne finit pas, avec dans la voix tout le dépôt de la journée, je serais bien blotti dans ma propre gorge pour ne pas avoir à entrer là où on me le demande : le jour suivant, tout le reste qui s’ensuit. C’est là, devant (...)
offrandes et libations
offrandes et libations miel pain fleurs et eau fraiche vers qui invite splendeur émouvante de se sentir appelée ça chante pinsons et merles ça s’agite abeilles et papillons ça pique en bouquet d’ortie à moi la vivance de la langue à moi les grandes bêtes venez à la visite ça crie dedans avec livrées sauvages ça cavale muscles et (...)
Avec vue sur la baie
Avec vue sur la baie — Kowloon heures appauvries 05h41 — dans tes murs hors la rumeur ancienne 06h28 — voulais te faire lumière pour passer à travers 07h12 — que tout te distille et s’érode le reste 07h29 — que l’idée seule du manque rince nos sentiments 08h17 — corps bien affaibli hors les murs bientôt « (...)
Douceur bleue
Il y a une lumière que le vent a éteinte. La nuit le déclin de ce jour. La phrase semble plus délicate, plus tendre. Il y a des ombres qui s’étreignent devant un miroir terni. Reste à trouver une ligne de fuite, il n’y a pas d’autres mots. Au départ je n’y comprends pas grand-chose. Quelque chose de tellement ambiguë que nul ne sait dire de quoi il (...)
I DON’T GET IT
Nous avons été chassés de la ville. Nous entrions dans les bars, commandions un café et dans l’après-midi la salle était à nous, chaise ou banquette, journal, miroir, rares discussions de comptoir dont nous notions des bribes parfois, croyant donner le change. Que ces notes servent ou non ne comptait pas. Il s’agissait de rester dans la ville loin des (...)
Livre libre
Dans l’ordre chaque matin, elle fait deux tours de clefs dans la serrure du bas deux dans celle du haut, la porte s’ouvre et elle la referme, elle allume les spots de la première vitrine, la lumière du coin enfants, elle branche les guirlandes et baisse la manette au compteur de la sculpture Litote en tête, puis appuie sur un autre interrupteur (...)
Nuit à Bray
L’aiguille des petites vanités rejoint celle des heures, leurs pointes lancéolées indexent le ciel et lancent douze coups qui tétanisent les contreforts de l’église, derrière son chevet une ombre famélique se hâte. Mais le pathétique n’émeut pas la nuit qui attend son tour. Quelques cris mêlés au vin âcre montent des souterrains du fond de l’impasse (...)
L’Amérique
Je cherchais une Amérique, voilà qu’elle est ici devant moi et quand je marche, l’Amérique, elle est ce tapis et ciel et, au lointain, ce hérissement rare des villes, J’appelle Amérique ces ponts et ces fleuves, l’indifférence de ces avions et ce hurlement inutile des sirènes, j’appelle Amérique la distance d’un être à l’autre qui suppose qu’il y ait pour (...)
TODO LIST (VI)
Exposer à Beaubourg, niveau quatre ou cinq, une machine au mécanisme visible, occupant un espace vaguement cubique de trois mètres de côté, toutes pièces en bois (sauf une) et quelques ficelles, ni métal ni électricité, mais : engrenages, arbres à cames, poids, contrepoids, articulations, bras. Le visiteur vient avec une feuille de papier, il peut (...)
NEGUAREN ZAI
La voix de Xabier Lete, râpeuse et tendre, pour célébrer ces paysages-là. Dire le temps à l’œuvre. Quelques planches abandonnées, jamais bien loin, pensée de la mort. Pourtant, comme autant de promesses, une trouée dans le ciel lourd, la douceur de la lumière et un horizon ouvert sur le large. écrit par Élise Lamiscarre, dans le cadre du projet de (...)
burning off the midnight lamp
Electric Ladyland cassette au fond d’un tiroir photo pochette découpée en magazine soigneusement recollée au carton titres recopiés Bic le nom sur la tranche The Jimi Hendrix Experience première face qui s’achève sur une intro harpsichord carillon venu buter au silence morceau avorté parce que Voodoo Chile si long quand 60 minutes de bande (...)
De ville en ville
Tout paraît calme et florissant. Le ciel est un mirage pour initiés. Une plume vole. C’est la dernière note d’un soupir. Mais il fait nuit. On entend son pas gronder au loin. Mais tout a déjà été rendu il y a longtemps. Du plus loin de l’horizon une tache noire se met à grandir, soulevant la poussière. Il n’y a plus de mirage mais des rues. Soleil (...)
CROSSTOWN TRAFFIC
Être Pierre Ménard une journée, prendre le train, penser à autre chose (à quoi ? On ne sait pas). Passer par là, des villes, des champs, au-dessus de la Seine, et ces phrases hypnotiques dans lesquelles circuler, se souvenir des heures à ne pas dormir sans doute, à concevoir tout en même temps. Descendre du train, marchepied, quai, sortie, connaître ça (...)
RSS VASES COMMUNICANTS
Voix Paysage Sens Mort Écriture Sens Art Paris Palimpseste Ville Dérive Voyage États-Unis Ville Sons Quotidien Paysage Musique Paris Mouvement Temps Écho Nuit Paysage Temps Récit Photographie Ville Voix Citation Corps Amour Cinéma Portrait Architecture Jeu Sensation Regard Portrait Inventaire Librairie Ville Quotidien Parole Paysage Fragment Journal Ville Nuit Monde Fragment Inventaire Itinéraire Espace Lumière Mémoire Regard Langage Fenêtre Silence Nuit Jour Lumière Ville Fenêtre Nuit Paysage Rêve Espace Lumière Sommeil Mémoire Jour Citation Enfance Temps Langage Lecture Parole Voyage Lumière Temps Mémoire Ville Dérive Chemin Poésie Paysage Ciel Architecture Bruxelles Temps Mémoire Palimpseste Souffle Musique Rêve Fragment Mémoire Langage Photographie Paysage Corps Traces Écriture Ville Pierre Ménard Écho Quotidien Paris Mouvement Temps Mémoire Ville Silence Corps Traces Espace Lumière Temps Photographie Voix Silence Musique Ciel Mouvement Temps Mémoire Regard Ville Quotidien Paysage Paris Architecture Travail Traces Journal Itinéraire Espace Langage Voix Sens Inventaire Travail Rire Jeu Lumière Mémoire Souffle Corps Ciel Rêve Enfance Jeu Ville Chemin Jour Paysage Vidéo Sens Voyage Absence Monde Mouvement Espace Ville Dérive Chemin Paysage Corps Rêve Amour Espace Temps Écriture Fenêtre Écho Nuit Passage Jour Souffle Citation Paysage Musique Rêve Enfance Fragment Images Écriture Langage Couple Récit Lecture Hasard Paysage Sens Voyage Histoire Journal Sérendipité Lumière Temps Mémoire Fenêtre Nuit Dérive Chemin Paysage Ciel Voyage Rêve Enfance Mémoire Écriture Photographie Ville Paysage Cartes Dérive Chemin Paysage Sens Ciel Voyage Couleur Histoire Itinéraire Espace Canada Regard Palimpseste Photographie Ville Sons Écho Dérive Chemin Citation Vidéo Musique Désir Rêve Fragment Cinéma Architecture Cartes Sérendipité San Francisco Écriture Langage Palimpseste Photographie Ville Lecture Citation Poésie Paysage Multimédia Art Fragment Inventaire Images Architecture Espace Temps Mémoire Récit Photographie Biographie Enfance Absence Melun Itinéraire Lumière Temps Regard Écriture Langage Photographie Chemin Voyage Sensation Palimpseste Sons Quotidien Désordre Sensation Mémoire Palimpseste Ville Dérive Chemin Absence Architecture Bibliothèque Travail


© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter