| Accueil
LIMINAIRE
Vous commentez
11 décembre 2016, par Pierre Ménard
C’est d’abord un silence, le cas échéant un temps en suspens ; une lumière rasante qui souligne le paysage, en isole les aspérités ; l’absence de mouvement ; nuances de gris ; la poussière qui virevolte en l’air dans le faisceau lumineux, pris au piège sous les feux du projecteur ; personne ne marche ; personne n’attend pour traverser ; le feu indique pourtant qu’il est temps de s’élancer ; c’est à nous de traverser ; un signe qui ne trompe pas ; mais c’est la lumière qui nous traverse ; on ne reconnaît pas (...)


© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter