| Accueil
LIMINAIRE
Vous commentez
10 septembre 2016, par Pierre Ménard
Marcher au-dessus de la ville, la traverser tête en l’air, sans se soucier de la rue, des passants, des voitures en contrebas. Un vieux rêve. Ne pas confondre avec l’irrésistible tentation de voler. Rien à voir. La perspective et le regard sur les choses se transforment radicalement, plus rien n’est pareil quand on voit les choses en surplomb. La carte, le plan nous y habituent. Vision en deux dimensions, mis à plat du réel. Et c’est là qu’on approche le plus du vol de l’oiseau. Planer au-dessus de la (...)


© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter