| Accueil
LIMINAIRE
La création se défend aujourd’hui pas demain


Je découvre sur le site Numérama, une copie des trois spots télé qui seront proposés sur les chaînes de télévision à partir du lundi 13 juin prochain, jusqu’au mois de juillet. Ils font partie de la grande opération de communication à 3 millions d’euros de l’Hadopi. J’avais d’abord titré : Si HADOPI n’existait pas l’air serait plus PUR. Mais le le slogan récemment twitté par Samuel Bausson relayé par Carole Fabre me paraît plus juste, je m’en inspire donc pour changer le titre de mon article.


Hadopi - spot TV 1 par Numerama


Hadopi - spot TV 2 par Numerama


Hadopi - spot TV 3 par Numerama

Ces spots terminent tous par le même slogan : « Hadopi, la création de demain se défend aujourd’hui. » La forme se veut plus moderne, mais le message de fond est toujours le même... l’idée que la création s’assèche avec le libre partage des œuvres, ce qui reste toujours à démontrer.

 

 

 

 

 

 

 

Avant même son lancement officiel, cette campagne donne déjà lieu à des détournements et des caricatures. Numerama a d’ailleurs mis au point un outil très simple pour caricaturer les affiches Hadopi dont on peut voir les résultats sur leur forum. PC INpact propose également les résultats du concours de détournement de la pub Hadopi sur son site.

 

 

 

 

 

 

 

Le rapport des Nations Unies paru vendredi dernier est clair : déconnecter les citoyens d’un pays d’Internet, notamment parce qu’ils ont enfreint des lois sur la propriété intellectuelle, est une violation des conventions internationales.

Comme l’indique l’auteur de cet article paru sur le site Presse Citron, lundi 6 juin, « il est amusant de noter que ce rapport rédigé par le Rapporteur Spécial des Nations Unies pour la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, base également son argumentaire contre l’HADOPI sur une décision du conseil constitutionnel français qui a classé en 2009 l’accès à Internet comme un droit fondamental. Cohérence législative quand tu nous tiens… »

Lionel Maurel rappelle sur son site S.I.Lex que « la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet (Hadopi) avait expliqué au mois de mars dernier qu’elle avait l’intention de véhiculer « un message positif explicatif » dans sa première campagne de pub. L’objectif premier est de faire connaître le label PUR, Promotion des Usages Responsables, qui sera apposé par les sites et services labellisés par l’Hadopi. »

 

 

 

 

 

 

Le mot d’ordre de la campagne est « la création de demain se défend aujourd’hui » et véhicule l’idée d’un « développement durable de la culture »

Au ministère de la Culture, inconsolable... (image (cc) BySa La Quadrature du Net)

 

 

 

 

 

 

 

Mais quand on voit la médiocrité et la caricature des trois spots proposés, la culture mercantile et racoleuse qu’ils véhiculent, on se dit que la création se défend aujourd’hui, car demain c’est déjà trop tard, et que si HADOPI n’existait pas l’air serait vraiment plus PUR.

HADOPI : PUR ou contre ?
Publié le 9 juin 2011
- Dans la rubrique PROCÈS-VERBAL
Photographie Lecture Théâtre Livre Multimédia Vidéo Musique Cinéma Radio Société Politique Librairie






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter