| Accueil
LIMINAIRE
Pendant ce temps là à Fukushima


« Il faut fonder le concept de progrès sur l’idée de catastrophe. Que les choses continuent comme avant, voilà la catastrophe ».

Walter Benjamin, Charles Baudelaire, Paris, Payot, 1982, p. 342.

 

 

 

 

Akihabara, Tokyo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La première fois que j’ai entendu parler d’Akihabara (秋葉原), le quartier de Tōkyō célèbre pour ses très nombreuses boutiques d’électronique, c’est lors de mon premier séjour au Japon, en mars 2010, François Bon m’avait conseillé d’y passer via Twitter, mais je n’avais pas eu le temps. Le centre de ce quartier est la gare Akihabara. C’est là que j’ai pris la photographie qui figure sur l’ouvrage Fenêtres sur le monde de Raymond Bozier, paru dans une nouvelle version sur Publie.net.

« Ce week-end, dans le quartier de Shinjuku, à Tokyo, tandis que les autorités annonçaient une mesure de 0,064 microsieverts de l’heure, le compteur Geiger de Libération indiquait entre 0,16 et 0,23 microsievert de l’heure, selon les rues du quartier - des résultats ne posant pas de danger. Critiquant « l’autisme du pouvoir » et « les incapacités de Tepco [l’exploitant des réacteurs de Fukushima, ndlr] », un scientifique a quitté une réunion en larmes. Un autre a démissionné. Des éléments troublants corroborent l’idée qu’en haut lieu, dans les ministères, des hauts fonctionnaires cachent des faits et couvrent les intérêts du lobby nucléaire et du géant Tepco. »

Libération

Akihabara, Tokyo

 

 

 

 

 

 

 

 

Il pleuvait sur Akihabara le jour où nous nous y sommes rendus en mars dernier. Les parapluies étaient de sortie. Les rues luisantes et humides. Il faisait très froid.

Le quartier a réussi à faire cohabiter de toutes petites boutiques ultra-spécialisées aux côtés de supermarchés de l’électronique grand public même si depuis quelques années, les grandes enseignes de l’électronique japonaise rachètent de plus en plus les petits magasins en difficulté.

Akihabara, Tokyo

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les petites boutiques situées dans les marchés couverts, ou les ruelles étroites, on trouve tout un tas de pièces détachées et d’accessoires variés allant de la guirlande électrique au matériel de surveillance vidéo, en passant par toutes sortes de composants électroniques et autres multiprises.

Akihabara, Tokyo

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les grands magasins on trouve tout l’électroménager dernier cri, la téléphonie mobile, es ordinateurs et les jeux vidéo. Sur les grands axes, on trouve des grands magasins qui vendent des produits détaxés pour les touristes.

« Le mécontentement de M. Kosako est révélateur d’un malaise. Lui-même a toujours été un fervent défenseur du nucléaire. Il faisait notamment partie des critiques du sismologue Katsuhiko Ishibashi, l’un des rares à avoir dénoncé la vulnérabilité des centrales nucléaires japonaises aux tremblements de terre. Inventeur en 1997 du concept de "Genpatsu-Shinsai" – un puissant séisme suivi d’un accident nucléaire – le Pr Ishibashi a toujours critiqué l’aveuglement des décideurs dans leur volonté de construire des centrales à tout pris dans des zones extrêmement dangereuses sur le plan sismique, c’est à dire, à ses yeux, dans tout le Japon. »

Le Monde

Akihabara, Tokyo

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a de plus en plus de magasins de manga à Akihabara, qui prennent la place des magasins d’électronique. Le quartier est de plus en plus destiné aux passionnés et otakus (ces personnes qui consacrent la quasi-totalité de leur temps à une activité d’intérieur obsessionnelle comme les mangas, les animés, les idoles japonaises, ou encore les jeux vidéo. Ce nouveau public induit un phénomène troublant, la présence dans les commerces Maid café et dans la rue de très jeunes serveuses portant un uniforme de domestique à la mode manga (les maid).



« Tepco, l’opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, a déclaré, mardi 24 mai, qu’il pensait que le combustible avait partiellement fondu dans trois réacteurs, comme le soupçonnent depuis le début les experts. »

Le Monde

Aujourd’hui on vend des compteurs Geiger à Akihabara.

Photo de David Michaud
1 commentaire
  • On vend de tout à Akihabara 28 mai 2011 17:07, par michelmo

    Je suis fan de manga et je connaissais pas Akihabara. Ce célèbre quartier de Tokyo a l’air pas mal du tout. Après la catastrophe de Fukushima, il faudrait tout de même prendre des mesures...Ok pour le quartier de Tokyo mais quand est-il de la météo sur Paris ?

On vend de tout à Akihabara
Publié le 25 mai 2011
- Dans la rubrique PHOTOGRAPHIE
Photographie Ville Vérité Sens Information Désordre Images Japon Société Politique Mort Tokyo






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter