| Accueil
LIMINAIRE
Série photographique sur les abords de l’île Seguin à Boulogne-Billancourt


La mémoire de l’île Seguin à Boulogne-Billancourt est intimement liée à Renault et son histoire.

L’usine de Renault-Billancourt cesse définitivement son activité le 31 Mars 1992 avec l’arrêt des gammes Express et Super5.

 

 

 

 

 

 

 

Les bâtiments industriels ont été rasés en 2004-2005 et le site est aujourd’hui en réaménagement. Le projet actuel, dévoilé en juin 2010, révisé et adopté par votation par les Boulonnais à la fin décembre 2012, prévoit 255 000 m2 de droits à construire (ainsi que 12 000 m2 de jardin public et 23 200 m2 de terrasses plantées). Le projet de l’île Seguin, conçu par l’architecte Jean Nouvel, s’organise autour de deux pointes consacrées à l’art contemporain et à la musique alors que le centre de l’île abritera un cinéma et un pôle multimédia. Le début des travaux est prévu en 2014.

 

 

 

 

 

 

 

Pour les ateliers d’écriture que je mène à Boulogne-Billancourt, ou ceux que nous animons Cécile Portier et moi à Bagneux et Sèvres, je participe régulièrement, pour des réunions au Centre de Documentation pédagogique des Hauts-de-Seine, le CDDP92 rue Damians.

 

 

 

 

 

 

 

Profitant de quelques heures disponibles après mon atelier à Sciences Po, je me suis balladé dans ses rues autour de la place Nationale qui est la dernière la plaque tournante de la mémoire ouvrière dans la ville :

Rue Nationale, Rue de Meudon, Rue du Point du Jour, Rue Yves-Kermen...

Dans son texte et les photographies qu’il a prises pour Urbain, trop urbain, dans le cadre des Vases Communicants, Matthieu Duperrex écrit sur le site de Jérôme Wurtz :« La ville Renault avait là son point d’équilibre, écrit Matthieu Duperrex, un espace de conversion des hommes, des âmes — et de distribution des destins. Ce sont les rues qui y viennent ou en partent qui nous servent de lever le rideau sur l’histoire des hommes. »

 

 

 

 

 

 

 

Quand on consulte le site dédié au projet de L’opération Rives de Seine - Île Seguin on découvre un patchwork de projets architecturaux qui malheureusement ne forment pas une ville, un laboratoire d’expérimentation urbanistique sans lien avec la mémoire industrielle du lieu (au-delà de la mémoire façade qui oblige de préserver certains murs d’enceinte des bâtiments Renault pour leur beauté, leur force d’évocation d’un temps révolu). Un des projets d’aménagement de l’île Seguin à la fermeture des usines de Billancourt faisant suite aux nombreux projets avortés était d’ailleurs le Projet Façade-enveloppe qui consistait à entourer l’île d’une « façade-enveloppe » qui avait pour but de « rappeler la mémoire ouvrière » du site en échos à la façade construite par l’architecte Laprade. Ce packaging urbain visait à habiller les 175 000 m2 prévus sur l’île.

 

 

 

 

 

 

 

Île Seguin-Rives de Seine, opération d’aménagement de 74 hectares, se déploie sur les anciens terrains des usines Renault à Boulogne-Billancourt, très bien situés au cœur du Grand Paris et de la Vallée de la Culture. Sur ce site magnifique, dont le passé industriel a marqué la mémoire collective, un nouveau quartier sort de terre. Ile Seguin-Rives de Seine donne ainsi une seconde vie à un territoire unique en Île-de-France.

 

 

 

 

 

 

 

Le cinéaste Jérôme Wurtz connaît bien l’île Seguin, sur son blog À quelques pas de l’usine, on trouve de nombreuses photographies de ses périples sur le site : Sortie de route :

Lundi 17 octobre 2011

Depuis le temps que je tourne autour. Réussir à s’infiltrer dans ce qui reste de la Forteresse : L’entrée de l’usine Place Nationale, bientôt détruite. Et les Bas Fonds de l’île. Garder pour soutenir une usine nouvelle.

Jeudi 27 octobre 2011

La piste d’essais devant soi. 2600m à l’époque, une partie faite de mauvais pavés pour tester la robustesse. Aujourd’hui un long corridor plongé dans une obscurité qui me rappelle l’ouverture de Orange Mécanique.

Mardi 1er novembre 2011

Arrivée dans la partie Ouest, côté Meudon. Difficile de savoir l’activité passé.

Vendredi 11 novembre 2011

Errance dans les couleurs face à l’extérieur qui essaye de s’introduire dans un lieu caché aux trafic fluvial.



 

 

 

 

 

 

 

Les élèves de 6e du Collège Auriol de Boulogne-Billancourt, doivent travailler, dans le cadre de notre projet de récit épistolaire sur ce lieu important de la ville : l’île Seguin. J’espère que ce diaporama pourra leur être utile pour la découverte du lieu :



L’expression « Il ne faut pas désespérer Billancourt » comme nous le rappelle Martine Rousseau et Olivier Houdart sur leur blog du Monde Sauce Piquante est une déclaration de Jean-Paul Sartre, philosophe et compagnon du Parti Communiste Français dans les années 50, qui voulait « signifier par là qu’il ne faut pas forcément dire la vérité aux ouvriers, de peur de les démoraliser. Sartre savait aussi faire son jésuite. Et prêcher l’ignorance, au moins partielle, pour le peuple (comme Voltaire). Billancourt est une métaphore du prolétariat : cette usine Renault fut longtemps la plus grande concentration ouvrière en France. »

Il ne faut pas désespérer Billancourt
Publié le 23 février 2013
- Dans la rubrique PHOTOGRAPHIE
Mémoire Regard Photographie Ville Lecture Dérive Paysage Ciel Art Inventaire Architecture Cartes Travail Société Traces Itinéraire






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter