| Accueil
LIMINAIRE
Nos lectures sont des nuages


" Tout objet du monde, lieu ou corps, visage et regard, est, en photographie, proprement du nuage. "  [1]



 

 

 

 

 

 

 

 

Comme le rappelle François Bon dans son article Objets éclatés du lire, faisant écho au texte de Christian Fauré qui parle d’orages sémantiques (condensation de textes et liens Internet sur un contenu précis, susceptibles d’une brusque condensation dans le temps) : nos lectures sont des nuages.

Comment, de notre côté, poursuit François Bon, proposer immédiatement à nos visiteurs une lecture-nuage (ou orage) qui soit composée de cet objet complexe, puisque le web nous l’écrivons ensemble ? En contrant notamment le principe d’empilement vertical des billets dans les blogs, rendu célèbre par le concept de l’Internet comme fosse à bitume.



 

 

 

 

 

 

 

 

Le web est, comme notre mémoire, un immense palimpseste, pour le rendre indestructible il nous faut relire sans cesse nos textes, nos images, tous nos enregistrements, les relier les uns aux autres, y trouvant (parfois sans même chercher) les correspondances internes, dénicher les infimes échos. On écrit "pour apprendre ce qui existe dans le monde des mots, dans l’envers du monde que détiennent les mots." [2]

"Les nuages sont une matière singulière, évolutive, propre aux visions et à la rêverie."  [3]



 

 

 

 

 

 

 

 

Le travail de Kelly DeLay, artiste multimédia qui propose Clouds 365 project, commencé le 1er juillet 2009, est également à suivre également sur le blog du projet. Le projet consiste à mettre en ligne tous les jours une photo ou une vidéo de nuages chaque jour différente.

On retrouve bien entendu le projet sur toutes les plateformes et outils des réseaux sociaux Facebook, Application iPhone, Twitter, Vimeo.

6-08-10 from Kelly DeLay on Vimeo.

 

Il y a quelques mois, un projet similaire (mais circonscrit à une durée limitée de quelques mois, du 3 février au 3 juin 2009) : Ciel de Nantes a vu le jour sur internet. Cela a commencé comme une contrainte de promenade, où l’artiste prenait chaque jour une photo du ciel de Nantes, au moyen d’un téléphone portable. En plus de l’image il y avait un titre, un mot ou une phrase, orientant la démarche vers un jeu parodique autour de la communication et de l’art, dans une ville où, selon le concepteur du projet, le marketing politique a pris pour sujet l’art et la culture. Ce projet a été relayée sur Twitter, où je l’ai découvert.

Il ne reste plus de ce projet qu’un diaporama de quelques nuages ainsi que les photos des stickers collés dans l’espace de la ville de Nantes.



 

 

 

 

 

 

 

 

Lors de mes ateliers d’écriture, je travaille souvent à partir de deux très beaux textes sur les nuages.

Le premier est un ouvrage de Claude Minière (Images de Jacques Barry), Etude de Nuages, édité par La Main courante, 1en 998.

Un nuage, rien de plus mouvant, de plus fragile et d’éphémère. Claude Minière, tente d’étudier ce que c’est qu’un nuage (comment il se forme, se déplace, les formes fugaces qu’il prend, ou qu’on lui voit prendre), comme un peintre le ferait, sur le motif. Le titre d’étude ne laisse planer aucun doute, seulement quelques nuages. « Une image de nuage, comme l’écrit Anne-Marie Garat dans son livre Photos de familles, visage du présent, fin XXe siècle. Nuage atmosphérique, nébuleuse atomique. Nuage du grain argentique. »

Lever les yeux au ciel, tête inclinée en arrière, regarder sans fin glisser les nuages, à leur rythme, le rythme des nuages dans le ciel, lent, lentement, le ciel est bleu, c’est une couleur, bleu ciel, un bleu clair, pastel, layette on dit pour un bébé, le ciel est bleu et blanc de nuages, parsemé de nuages, lever les yeux pour les regarder, les observer avec attention, c’est un jeu, le jeu des nuages dans le ciel, c’est un jeu, ce n’est plus de notre âge, on cherche une forme, un homme, une femme, un animal, là c’est un éléphant, sa trompe regarde bien sa trompe, pas d’erreur possible, je le reconnais, sa forme blanche sur fond bleu, un nuage entre dans notre champ de vision, ouvrir les yeux, émerveillé, retour en enfance, c’est un jeu qu’on a longtemps pratiqué, les nuages qu’on voit ici à quelle distance un autre peut-il les voir ? ça y est, ça y est presque, sacré nuage, il est blanc, oblong, il glisse vers l’avant, lentement, très lentement, difficile de dire à quoi il ressemble vraiment, c’est un jeu, un nuage nu, en âge, nage sous le ciel bleu, le soleil se cache derrière, chacun son jeu, un nuage blanc dans le ciel bleu, et après, il sort du cadre qu’on lui assignait, il triche c’est un signe aussi, un cygne parfois, on ferme les yeux pour ne plus le voir, sa forme nous apparaît très nettement rose sur fond vert au fond de notre pupille avant de disparaître, lentement comme il est apparu, là-haut, un deux trois soleil.

Le second est un texte de Michel Butor, extrait de son Anthologie nomade, édité chez Gallimard, dans la Collection Poésie, en 2004.

Les nuages dans le ciel forment d’étranges et fugitifs tableaux, tenter d’en dresser l’inventaire.



 

 

 

 

 

 

 

 

« Le nuage est une matière confuse, hésitante, substance sans contours, sans lignes arrêtées, il cherche sans cesse la forme, s’abolit et renaît en simulacres que déplace le mouvement dans l’évaporation ou la condensation, s’efface et recommence. Myriade de points d’eau suspendus, d’autant de miroirs punctiformes et prismes microscopiques dont l’agrégat plus ou moins dense et traversé de lumière accomplit ce leurre des formes aléatoires, éphémères. »  [4]



L’artiste Berndnaut Smilde, originaire des Pays-Bas, crée des nuages en intérieur. Il a en effet développé une technique pour recréer des vrais petits nuages blancs denses et compacts dans des endroits qu’ils choisit pour leur cadre. Il les prend ensuite en photo avant qu’ils ne disparaissent.

Nimbus d'Aspremont, par Berndnaut Smilde

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Anne-Marie Garat, Photos de familles, Seuil, p.164.

[2] Anne-Marie Garat, Photos de familles, Seuil, p.161.

[3] Anne-Marie Garat, Photos de familles, Seuil, p.153.

[4] Anne-Marie Garat, Photos de familles, Seuil, p.156.

2 commentaires
Écrire dans les nuages
Publié le 22 juin 2010
- Dans la rubrique PHOTOGRAPHIE
Écriture Photographie Lecture Livre Multimédia Ciel Bibliothèque Nantes






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter