| Accueil
LIMINAIRE
Signes écrits et murs à Rome



Arrivés avec de l’avance à la gare de Bercy (comme à notre habitude). Sur le panneau d’affichage des trains, le premier de la liste est annoncé avec 1h30 de retard probable : Termini-Roma. Départ repoussé. Pulsion première, l’écrire sur internet, s’en décharger ainsi qui n’annonce rien. Juste le délestage d’une pression passagère. Est-ce à ça que ça sert écrire ?

Relu mes cahiers (période Rome, juillet 1988) avant de partir. Finalement assez différent du blog. Noter ce que l’on voit au rythme où on le voit. Pense-bête. Vade-mecum.

Une femme entre dans la gare de Bercy : Oh les gens ! Ils vont où ?

Il y a des gens qui regardent arriver et partir les trains en gare comme aux abords de certains aéroports ceux qui regardent les avions décoller ou ceux qui derrière les barrières regardent s’éloigner les bateaux en pleine mer. Impossible de ne pas percevoir dans leur regard la nostalgie des départs.

Lent travelling dans la campagne toscane. Se rappeler que le travelling a été inventé à Venise sur un vapporetto.

Regarder les ruines du Palatin, c’est comme photographier d’anciennes peintures.

La chaleur sur le goudron mou des rues pavées. Les chaussures collent au sol.

Le temps de découvrir une ville, s’y perdre. Repasser plusieurs fois par le même chemin. Aller au hasard des rues. À la diable...

Le jardin de la maison infesté de moustiques dont on garde les traces visibles sur nos jambes et bras nus. Caroline, le regard figé dans une direction lointaine, me demande ce que je cherche. L’inspiration ? me demande-t-elle avec un léger sourire. Je lui réponds que non, je surveille les moustiques.

Photographies du Forum Romain. Une heure après je la regarde et ce que je vois ma paraît irréel. Effet carte postale. Il manque l’air.

Statue de Ciceron dans les Jardins Borghese à Rome

 

 

 

 

 

 

 

 

Diaporama sur le thème les signes et les écrits dans Rome :



Je ne me souviens pas précisément ce que j’ai fait la semaine dernière. Comment pourrais-je me rappeler de souvenirs vieux de 22 ans ?

Dans l’appartement Via Parioli, le flot des voitures rappelle par intermittence le bruit du ressac de la mer. Comme un lointain bruit de mer.

Toutes voix d’italiens enregistrées (dans les transports en commun, les publicités, à la radio) me rappellent celle de Marcello Mastroiani. Grave, sensuelle, amusée.

Travaux du métro à la station Termini. Tout un périple ce matin pour rejoindre notre correspondance (Direction Laurentina). La gare est en travaux. On monte, on descend. Tout le monde suit les flèches de couleur placées au sol sur l’ensemble du parcours. Pour nous le flèches sont bleu.

Caroline préfère demander son chemin aux passants plutôt que faire confiance aux cartes imparfaites et imprécises de notre guide. Ce matin, elle aborde une vieille dame qui comprend à notre accent que nous sommes français et nous apprend que son nom et son prénom sont français. Elle s’appelle Yvonne.

Chiesa de Santa Maria In Aracoeli : souvenir de la volée de marches de l’Aracoeli. Pari stupide avec Damien dont Christine m’a rappelé le souvenir quelques jours avant de partir.

Envie de se perdre dans les rues de Rome et d’oublier le chemin qu’on dessine avec nos pieds, nos envies, nos regards.

Mur de Rome

 

 

 

 

 

 

 

 

Diaporama sur le thème des murs de Rome :


2 commentaires
  • Diaro di Roma #1 25 août 2010 12:35, par AMP

    J’aime beaucoup tes photos.  :-)

    Voir en ligne : http://alain-michel-pennec.fr

    • Diaro di Roma #1 25 août 2010 12:54, par Pierre Ménard


      Très heureux que ces photographies de Rome vous plaisent. Deux autres séries arrivent très vite. Sur les transports à Rome et sur la foule dans la ville. Au plaisir de vous lire...

      Voir en ligne : Liminaire



© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter