| Accueil
LIMINAIRE
Série photographique dans le magasin Emery & Cie de Bruxelles


Bruxellisation (en néerlandais : verbrusseling) est un terme utilisé par les urbanistes pour désigner les bouleversements urbanistiques d’une ville livrée aux promoteurs au détriment du cadre de vie de ses habitants, sous couvert d’une « modernisation » nécessaire. Ce phénomène doit son nom à la ville de Bruxelles.

Rue de l'hôpital, Bruxelles

 

 

 

 

 

 

 

Les couloirs s’étirent à l’infini et de part et d’autre, des pièces fermées, peut-être habitées par des ombres, des voix qui se sont tues et se taisent encore.

Emery, rue de l'hôpital, Bruxelles

 

 

 

 

 

 

 

Sur les voilages, la lumière en particules ou la poussière, quel apaisement de l’être, c’est un reflet d’immeuble sur une eau calme. Je tire mon ombre à la lumière.



Emery, rue de l'hôpital, Bruxelles

 

 

 

 

 

 

 

C’était une grande maison vouée à la démolition, dans un état d’abandon total, elle est désormais occupée, mais au lieu de retrouver les murs recouverts de tags, tout y a été dégagé et nettoyé, les murs ont été peints de manière rudimentaire en laissant certaines traces des ravages si familiers à Bruxelles, comme les traces d’une histoire qui est celle de cette bâtisse et des gens qui y travaillent. Cette situation donne de l’éclat à tous les instants, disent-ils quand on les croise et qu’ils nous parlent de ce lieu.

Emery, rue de l'hôpital, Bruxelles

 

 

 

 

 

 

 

Descendre l’escalier dans la pénombre, lumière comme issue de secours. Les vibrations s’arrêtent enfin et les ténèbres reprennent leur immobilité.

Emery, rue de l'hôpital, Bruxelles

 

 

 

 

 

 

 

Peut-être ne connaissons-nous de l’inconscient que le lustre ? Satisfaire des désirs et inventer des mondes imaginaires, abolir la présence d’autrui, et céder à l’orgueil du créateur.



Emery, rue de l'hôpital, Bruxelles

 

 

 

 

 

 

 

Après l’indépendance de la Belgique en 1830, Bruxelles est profondément transformée par de grandes opérations d’assainissement urbain et de modernisation. La rivière Senne disparaît de son paysage pour céder la place à de grands boulevards de type parisien. La jonction ferroviaire entre deux gares, anciennement en cul-de-sac, coupe la ville en deux. Plus tard, l’implantation des institutions européennes et l’aménagement de grands pôles tertiaires autour des gares du Nord et du Midi viennent à leur tour bouleverser le tissu urbain. Comment s’étonner de trouver dans cette ville si curieuse cet endroit décalé qui marque nos idées et nos rêves de son empreinte.

De l’éclat à tous les instants
Publié le 13 janvier 2012
- Dans la rubrique PHOTOGRAPHIE
Regard Photographie Ville Fenêtre Vidéo Couleur Art Images Architecture Traces Espace Bruxelles






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter