| Accueil
LIMINAIRE
Le Square des Batignolles et le Parc Martin Luther King à Paris dans le 17e


Rare de voir dans une ville de la taille de Paris, un projet d’aménagement urbain d’aussi grande envergure, comme celui de Clichy-Batignolles, dont les anciennes friches SNCF situées au nord du quartier des Batignolles et à l’ouest du quartier des Épinettes à Paris, est en cours. Il couvre 54 hectares au nord-est du 17e arrondissement de Paris, délimités par le boulevard périphérique à la Porte de Clichy en limite de la ville de Clichy-La-Garenne, l’avenue de Clichy, la rue Cardinet et le faisceau des voies ferrées de la gare Saint-Lazare.

Le projet urbain de Clichy-Batignolles inclut en particulier le déménagement du palais de justice de Paris appelé Cité judiciaire de Paris au nord de la ZAC, la construction de plus de 3 400 logements, de plus de 140 000 m2 de locaux d’entreprises, l’implantation de 30 000 m2 de commerces et de services ainsi que l’aménagement du Parc Clichy-Batignolles - Martin Luther King.



Faire l’expérience de passer du Square des Batignolles au Parc Clichy-Batignolles - Martin-Luther-King. Quelques centaines de mètres seulement séparent les deux jardins, il suffit de longer les palissades vert et bleu qui protègent aujourd’hui l’immense chantier du quartier.

Construit au 19e siècle, le Square des Batignolles est traversé par un joli petit ruisseau qui coule d’une cascade rocailleuse avant de rejoindre le lac central. L’ensemble est harmonieusement bien dessiné, dans un style anglais assez inédit à Paris. Les belles pelouses, la plupart du temps interdites d’accès, assurent la prolifération de très nombreuses espèces de palmipèdes (canards, cygnes, poules d’eau, bernaches). Dans cette paisible atmosphère, le bruit des trains banlieues qui passent continuellement à quelques mètres du jardin, disparaît comme par magie, adoucit par le voile de verdure.



Le square des Batignolles a été chanté par Barbara dans sa chanson Perlimpinpin, une « allée Barbara », en l’honneur de la chanteuse, traverse d’ailleurs le parc.



« Contre qui, comment, contre quoi ?

Pour qui, comment, quand et pourquoi ?

Pour retrouver le goût de vivre,

Le goût de l’eau, le goût du pain

Et celui du Perlimpinpin

Dans le square des Batignolles.

Contre personne et contre rien,

Contre personne et contre rien,

Mais pour toutes les fleurs ouvertes,

Mais pour une respiration,

Mais pour un souffle d’abandon

Et pour ce jardin qui frissonne !

Et vivre passionnément,

Et ne se battre seulement

Qu’avec les feux de la tendresse

Et, riche de dépossession,

N’avoir que sa vérité,

Posséder toutes les richesses,

Ne plus parler de poésie,

Ne plus parler de poésie

Mais laisser vivre les fleurs sauvages

Et faire jouer la transparence

Au fond d’une cour aux murs gris

Où l’aube aurait enfin sa chance,

Vivre,

Vivre

Avec tendresse,

Vivre

Et donner

Avec ivresse ! »



Le parc est situé sur le terrain de l’ancienne halle à marchandises de l’ex-gare des Batignolles, aujourd’hui Gare de Pont-Cardinet. En témoignage de cet héritage ferroviaire, les allées du parc reprennent à de nombreux endroits les anciennes voies ferrées.

L’ensemble du Parc est assez plat, à part en son centre où la grande pelouse est vallonnée de buttes de plusieurs mètres de hauteur. Ces courbes contrastent avec l’aspect rectiligne des allées. La dernière phase du projet à venir en 2017/2018, à l’issue de l’installation de la future station de métro Pont-Cardinet (Ligne 14), permettra au parc d’atteindre 10 hectares et proposera une grande promenade en surélévation.



© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter