| Accueil
LIMINAIRE
D’ailleurs ce n’est pas ma maison...


Le Salon :

Ce n’est pas le propre de la maison-témoin d’y trouver, posés sur la table basse, une pile d’ouvrages d’art qu’on ne lira jamais, achetés exprès pour en imposer à notre entourage et surtout les visiteurs de passage, livres précieux, aux volumes conséquents. Devant la cheminée, le livre d’art devient meuble, rivé à la table basse. Des livres qui font table-basse comme on fait tapisserie, pour meubler, impressionner le visiteur, qui ne prend même pas le temps d’ouvrir le pesant ouvrage d’art. L’Age d’or du paysage sous les Song, Paris de Nuit de Brassaï et Paul Morand, Les graffitis obscènes de Picasso, The Rise of David Bowie (1972-1973), de Mick Rock, Les oushebtis de la XVIIe dynastie. Avantage de la table basse : on ne sait jamais si le livre est lu, regardé ou montré. En général, on feuillette seulement les premières pages pour se donner une contenance, comme on visite la maison pour se faire une idée.

En visite dans la maison-témoin, une de ces maisons closes, tout nous parait invariablement uniforme, comme sur une image en papier glacé, un catalogue de vente par correspondance. Est-ce que cela existe encore aujourd’hui avec Internet ? Souvenirs dépassés, tout ce qu’on n’aura jamais, l’inaccessible et ses accessits. Linge de maison, mobilier décoration, équipement, vêtements (femme, enfant, homme) et bien sûr dans la lingerie, l’image de ces femmes à moitié nues posant pour des culottes ou des soutiens-gorges. Souvenir d’un ami qui découpait ces images et qui, en les collant à l’envers sur un carnet, obtenait l’image d’un couple s’embrassant, une série de baisers.

Le Bureau :

Entrer dans une boutique de vente d’appartements, y prendre rendez-vous pour la visite de l’appartement témoin. Le bureau est un rectangle de verre, moquette au sol, table de travail avec ordinateur et toute la documentation disponible sur l’appartement. Tu te souviens de tout ceux que tu vois abandonnés au bord de la route ou sur les parkings, une fois la campagne de vente terminée, la table et tout ce qui était posé dessus, rapatriés vers un autre espace de vente, recyclés et redistribués dans une autre ville, un autre quartier, pour un autre projet immobilier. Les traces des meubles les plus lourds, qui ont marqué la moquette de leur empreinte indélébile, dessinent au sol des scarifications, des cicatrices et tracent un plan abstrait qui peut cependant faire penser à celui de l’appartement-témoin. La boucle est bouclée. À travers la vitre un peu sale, poussière et pollution sur cette voie très empruntée par les voitures et les camions, certaines affiches collées illicitement commencent à recouvrir les parties les plus visibles, on peut voir désormais l’espace vaquant, abandonné. Un espace transitoire, une boîte à rêves, un appel d’air, une fiction à écrire.

La Chambre :

La maison-témoin pourrait devenir un lieu de référence, pas question de transformer ce lieu de vie en musée bien sûr, mais il faut au contraire l’utiliser pour faire dialoguer l’architecture spécifique de la maison-témoin avec des créations contemporaines.

« Comme l’ensemble de la Cité Radieuse, écrit Christian Simenc, l’appartement n°50 est « réglé » par les nombres et les rapports de la série du modulor, mise au point par Le Corbusier. Voici les sept dimensions-phares : taille moyenne d’un homme : 183 cm : homme au bras levé : 226 cm : un homme les coudes levés à angle droit : 140 cm : hauteur d’un garde corps : 113 cm ; hauteur d’un plan de travail : 86 cm ; hauteur d’une table : 70 cm : hauteur d’une chaise : 43 cm ; enfin, hauteur d’un tabouret : 27 cm. Ainsi, la largeur de la cellule est de 3,66 mètres et la hauteur sous plafond de 2,26 mètres, portée à 4,80 mètres dans la séjour (double hauteur). »

JPEG - 106.4 ko
Plan d’un appartement de la Cité Radieuse à Marseille par Le Corbusier

Un soin particulier a été apporté à l’isolation phonique des appartements. Au journaliste et célèbre chroniqueur judiciaire Frédéric Potecher, alors reporter pour la radiodiffusion française, Le Corbusier expliquait, le 11 janvier 1950, lors d’un entretien radiophonique : « Pour moi, chaque logement est comme une bouteille enfoncée dans son casier ». La métaphore est on ne peut plus judicieuse. Imaginez un casier à bouteilles, dans lequel chaque bouteille repose bien dans on propre casier, sans aucun contact avec les autres bouteilles. Tel est effectivement le principe de construction de la Cité Radieuse de Marseille, l’ossature de béton armé jouant le rôle de casier à bouteille, et chaque appartement celui d’une bouteille.

La Terrasse :

Dans la chaleur d’un été lourd et orageux, une fin de journée nonchalante, trouver un peu par hasard sur le présentoir d’une agence de voyage placé sur le trottoir devant sa vitrine, une brochure épaisse, un catalogue d’appartements estivaux à louer sur la Costa del Sol en Espagne. En attraper un, un peu par désarroi, et la rapporter chez soi. En la feuilletant s’étonner de l’uniformisation de ces appartements.

Des pages et des pages d’images stéréotypées présentant les mêmes vues d’appartements, avec une chambre sommaire, propre et fonctionnelle, un ou deux lits, une table de nuit de part et d’autre du lit, un vase disposé de chaque côté pour la symétrie, et sur une table en face du lit, un poste de télévision, la chambre qui s’ouvre sur une terrasse par une large baie vitrée, une fenêtre coulissante pour faire entrer la lumière, donne sur un balcon qui surplombe une piscine à partager avec les autres vacanciers de la résidence. Les murs sont le plus souvent blancs, parsemés de quelques cadres, le plus souvent des aquarelles représentant des paysages marins.

Regrouper l’ensemble de ces centaines de photographies de chambres et de piscines, leur uniformisation si poussée, afin de tenter de comprendre, dans cet exercice de regroupement, ce jeu de patience, faits de recoupements et d’associations, de rapprochements et d’incises, ce qui nous fascine tant dans ce motif répété des différentes pièces et leurs similitudes inquiétantes, cette vacance qu’on interroge dans ses moindres détails, au point de s’y perdre en faisant du surplace dans un aplat de blanc et de bleu.

Dans les murs :

Dans toutes les maisons qu’il loue, il garde toujours un souvenir du lieu, rien de trop précieux, ou de très visibles, pour ne pas que ce menu larcin puisse être détecté, juste un élément du décor, qu’ainsi enlevé, prélevé de son lieu originel, il peut garder en souvenir avec lui. C’est un acte irréfléchi, instinctif, qu’il n’explique pas ou très mal, rarement en tout cas, un geste qui remonte à son enfance. Il a commencé avec des livres qu’il volait dans les librairies. Il ne les volait pas pour les lire, juste comme un souvenir du lieu dans lequel il était entré. Comme certains emportent dans un petit flacon quelques grains de sable des plages sur lesquelles ils se baignent. Comme toutes ces photographies d’endroits dans lesquels on ne fait que passer, qu’on ne peut garder avec soi que sous la forme d’une image en deux dimensions. En souvenir. Mais ces livres, ces cartes postales, ces bibelots qu’on dérobe ainsi à la hâte, quand on les retrouve chez soi, on a souvent du mal à savoir finalement d’où ils viennent vraiment, qui nous les a donnés ou si on les a volés. Leur origine. Avec le temps notre sens de la propriété s’estompe. Notre mémoire nous joue des tours.

Dans la maison-témoin il est démuni. Il n’y a rien à voler, ce n’est qu’un décor factice, une projection d’habitat. Une hétérotopie. Un espace concret qui héberge l’imaginaire.

« Dans toute culture, dans toute civilisation, des lieux réels, des lieux effectifs, des lieux qui sont dessinés dans l’institution même de la société, et qui sont des sortes de contre-emplacements, sortes d’utopies effectivement réalisées dans lesquelles les emplacements réels, tous les autres emplacements réels que l’on peut trouver à l’intérieur de la culture sont à la fois représentés, contestés et inversés, des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables. »

 [1]

Gravats :

Louer des appartements pour qu’à chaque voyage on ait, en choisissant un environnement spacieux, accueillant, chaleureux, et vivant, avoir l’impression d’être un peu chez soi dans un lieu qu’on découvre pourtant. Un catalogue en ligne me permet d’en visiter dans le détail l’ensemble des pièces, de jauger le confort, la luminosité, le volume des espaces, leur circulation, le voisinage également, à l’aide des photographies de l’extérieur prises depuis les fenêtres, les images manquantes de l’intérieur sont souvent révélatrices des défauts cachés de l’appartement, mais généralement le nombre important de photographies permet de se faire une idée plutôt juste de l’appartement.

Il y a quelques semaines, je découvre que l’appartement, où a vécu, entre 1991 et 1992, Kurt Cobain, le chanteur du mythique groupe Nirvana et sa compagne Courtney Love, est à louer, dans le quartier de FairFax à Los Angeles, à la semaine ou au mois sur airbnb.

La salle de bain de cet appartement est l’endroit où Kurt Cobain aurait écrit le titre Heart-Shaped Box (boîte en forme de cœur), issu de l’album In Utero. Quelque mois plus tard, Cobain et Courtney Love, alors enceinte de leur fille Frances Bean Cobain, décident de quitter les lieux à cause d’une fuite d’eau qui aurait abîmé les écrits et les guitares du chanteur.

« She eyes me like a pisces when I am weak

I’ve been locked inside your Heart Shaped box for weeks

I’ve been drawn into your magnet tar pit trap

I wish I could eat your cancer when you turn black »



De quoi cette maison a-t-elle été le témoin ?

[1] Michel Foucault, Des espaces autres, Hétérotopies. Architecture, Mouvement, Continuité 5 (1984) : 46-49.

maison[s]témoin : du salon à la terrasse
Publié le 8 juin 2015
- Dans la rubrique PALIMPSESTE
Ville Fenêtre Quotidien Vidéo Musique Absence Désordre Inventaire Architecture Société Marseille






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter