| Accueil
LIMINAIRE
Un récit d’Alice Diaz


Je marche dans les rues encombrées par les passants qui trainent le pas devant les étals des brocanteurs. Une fièvre inattendue colore leurs joues percées par des sourires béats. Dimanche, un après-midi d’hiver. Ce temps qui d’habitude ne leur appartient pas, aujourd’hui ils le prennent. Ils le dépensent même dans l’achat de poussiéreuses babioles disposées avec plus ou moins d’élégance sous leur nez. J’admire les caisses d’ouvrages géographiques que plus personne ne lit, m’étonne face aux collections improbables et obsolètes tandis que la pénétrante odeur du plastique des jouets bariolés m’écœure.

Soudain je me sens happée par quelques éléments que je ne contrôle pas. Un détail flou dont le charme magnétique m’oblige à m’opposer au mouvement de foule. Mon regard dévie. C’est une petite créature qui est protégée par un kilim sur lequel elle a entassée ses possessions. Elle a à peine douze ans, porte une jupe bleue et une veste sans couleur. Sa peau est brune comme la terre d’Iran, ses yeux flous comme la pointe du Mont Fuji. Sa chevelure longue et dense esquisse à peine un mouvement tandis que mes propres cheveux irritent mes joues brûlantes. Elle fixe un point invisible, elle me semble au-dessus de nous tous cette gamine qui par la seule force de son regard semble avoir déjà vécu un siècle. On dirait qu’elle porte un lourd héritage sur ses épaules. Le poids du monde peut-être ? Elle est si immobile dans toute l’agitation de la brocante que j’ai l’impression qu’elle est illusion.

Et c’est là que je me demande ce qui est réellement illusion ici. En quoi consiste vraiment cette brocante, ces gens, cette fille ? Si je suis vraiment honnête, j’affirme que le vrai courage est ici de reconnaitre que le monde entier est une drôle d’illusion où les hommes jouent entre eux. Le monde est une éternelle brocante où l’on croit faire abstraction du passé, contrôler son présent et s’acheter un futur.

Le monde est une éternelle brocante
Publié le 20 novembre 2015
- Dans la rubrique PALIMPSESTE
Écriture Récit Ville Fragment Paris






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter