| Accueil
LIMINAIRE

La patience est la clé de la délivrance. D’accord, mais donne-moi une contrainte. Le gratuit, c’est souvent les produits nouveaux. Les premières fois, on passe beaucoup de temps, mais après on prend très vite ses marques. Pas sûr que le jeu en vaille la chandelle. C’est vrai que c’est du travail. La réflexion est une arme à deux tranchants. Nous voilà avertis : même la gratuité a un prix. Donc d’aller plus vite. Fragments de vie et extraits des oeuvres entrelacés. Quant à l’imagination, elle aide l’auteur à reformuler les faits sociaux dans leur quotidienneté par la recréation des éléments disparates qui composent le réel. Si je ne ressens pas une sorte de conflit avec la société, je ne peux m’imaginer écrire. Moi, j’écris dans le style qui me convient et je me préoccupe peu de l’étiquette qu’on y collera. Entrelacer ainsi. Pour que l’on entende, à neuf. Personne n’a autant besoin de vacances que celui qui en revient.

La suite du texte sur les CAHIERS DE BENJY...

Springtime can kill you
Publié le 4 décembre 2006
- Dans la rubrique LIMINAIRE
Écriture Poésie Sens Fragment






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter