| Accueil
LIMINAIRE
Ateliers d’écriture à Sciences Po Paris #8


Une série de douze ateliers d’écriture durant le premier semestre 2011/2012 des étudiants en deuxième année de Sciences Po, ayant pour but de procéder à l’écriture collective d’un récit numérique géolocalisé à partir des images de Google Street View sur Google Documents et sur le blog Le tour du jour en 80 mondes.

Google Street View est un révélateur de notre expérience du monde et de notre rapport au temps et en particulier, de la paradoxale tension entre notre indiffère, ce quotidienne aux choses qui nous entoure et notre incessante recherche de connexion et d’interaction. C’est l’occasion de porter sur Google et le monde qu’il dessine, un nécessaire regard critique, une analyse de la représentation du monde que nous proposent Google Maps, Google earth et Google Street View.

Fenêtre d'une classe de la MFR de Sorigny en Indre-et-Loire

 

 

 

 

 

 

 

Textes des participants 2013 :

À Lyon - À Roscoff - À Evian - À Montaut-les-Créneaux - À Nantes - À Saint-Jean-de-Luz - À Carnac - À Annecy - À Varengeville - À Honfleur - À Versailles - À Fontainebleau -

Métro aérien - Voyage dans le RER B - Trajet - Station Bir-Hackeim - La ville à travers le métro aérien - Au-dessus de Paris - Trajet quotidien - Compte rendu de pensées métropolitaines - Sous le ciel gris - Ligne 6 - Voyage aérien


Textes des participants 2012 :

Fenêtres - La “fenêtre”, un symbole ? - Bourgogne, Bourgogne, Paris. Trois fenêtres, un observateur - Vues cadrées - Vu de ma fenêtre - Visions cadrées - Échappée belle - Cadrage - Vues de fenêtres… - Liste non exhaustive - Au détour d’un endroit - Tweets depuis une ville - Ici et là - Les falaises noires - - Les miroirs d’eau - Villes - Une ville une phrase

Les textes des participants en 2011 restent disponibles sur le site du Tour du jour en 80 mondes entre les Fenêtres et souvenirs et la Fenêtre ouverte sur ma mémoire.




Sur Fenêtres Open Space, blog du livre du même nom, écrit sur la ligne 2 du métro parisien et paru aux éditions Le Mot et le reste, Anne Savelli est à la recherche de photographies de fenêtres du monde entier.


Fenêtres sur le monde

Fenêtres d’appartement, d’hôtel, de restaurant, de gare, d’ordinateur ou de téléviseur (cette autre fenêtre "qui contient toutes les fenêtres"), pare-brise, fenêtre de son lieu de travail, de la maison le matin quand on ouvre les volets, vitre du métro, du train, quand on regarde filer à vive allure le paysage distrait, autant d’images qui viennent du dehors, qui nous impressionnent. Les fenêtres cadrent un état du monde.

 

 

 

 

 

 

 

Extrait :

« Métro aérien,

10 avril 2003, 19h45,

après l’enregistrement

d’une émission de télévision

Je suis assis près de la fenêtre. Le train surplombe le boulevard Auguste-Blanqui. Il circule en direction d’Étoile. Le ciel nuageux a des couleurs lumineuses d’après pluie. Passée la station Glacière, une double rangée d’arbres apparaît. La perspective est lumineuse. Les feuilles tendres ont des reflets d’or vert. On est à hauteur des feuillages, presque comme des oiseaux. La descente vers un tunnel nous rapproche des troncs, puis de la rue. Nous voici de retour dans la ville. On s’y enfonce même. On aperçoit un feu rouge à l’entrée du souterrain, les lumières de petits néons qui reviennent régulièrement comme des traînées blanches, des câbles accrochés à la noirceur de la paroi. On croise un autre train. Une rupture électrique provoque un flash d’obscurité. »

Fenêtres sur le monde, Raymond Bozier, Fayard, 2004/Publie.net, 2010.


 

 

 

 

 

 

 

Champ/Contrechamp

Ce que l’on voit depuis sa fenêtre, le spectacle que l’on y observe. Ce qui se passe dehors même s’il ne se passe rien. Et ce que l’on voit chez soi, ou ce à quoi l’on pense. Ce à quoi l’on rêve, ce qui nous tient à cœur.

Extrait :

« La beauté du paysage, jour après jour, sans que j’en sois conscient, m’imprègne et m’abreuve. Le paysage n’est rien sans mon regard, le paysage n’a rien à voir avec moi. Je vois, je regarde. Le monde est là, autour de moi, avant moi, sans moi, le monde sera là après moi. Il n’y a pas de mots dans le monde, le monde n’a pas besoin de mots, les mots que je mets au monde, dans le monde, ne pèsent rien. L’herbe n’a rien à voir avec le mot herbe. Je note : à la mi-mars, l’herbe commence à verdir. Mes mots n’ajoutent rien à la beauté du monde. La beauté n’appartient pas au monde, — la beauté n’est qu’un mot que je prononce à propos du monde. Les mots et les choses : depuis toujours divorcés. Il y a une bestiole sur la nappe. Une bestiole noire au soleil sur la nappe rouge : cinq mots que je mets sur le papier, cinq mots parmi les mots que je connais, ils sont à ma disposition, il me plaît de les employer. Et comme j’ai appris à écrire, je les écris. Il y a une bestiole sur la nappe. Il y a une bestiole sur la page. Et il me plaît d’y mettre aussi le soleil. »

Smoky, Lambert Schlechter, collection « Lettres du Cabardès », Le Temps qu’il fait, 2003.

 

 

 

 

 

 

 

Extrait :

La colline de l’est

« C’est une détraquée qui écrit ses livres pour des détraqués, qu’importe, le lecteur lit quelques pages – et se refait une santé et regarde par la fenêtre.

La fenêtre qui donne sur la colline de l’est, commence, côté extérieur, à pourrir ; pas sûr si elle va me protéger cet hiver, pas sûr, il y aura des courants d’air, et s’il y a une pluie sous un vent d’est, l’eau va s’infiltrer, le bois pourri continuera à pourrir.

Lire pour tomber sur une phrase, un paragraphe, une page qui arrête la lecture ; ce que tu viens de lire est tellement… tellement… comment dire ? qu’il n’est pas possible de continuer à lire. Ce vertige, cette légèreté, cette euphorie-mélancolie, ce comblement : page qui a fait du vide. Pour le moment il n’y a pas à aller quelque part, autre part, pour le moment, c’est une bulle, un point d’orgue. Apaisement. La page t’arrête, au lieu de continuer à lire, tu relis la page, tu lis ce que tu n’as pas lu la première fois, la même page n’est plus la même, les mêmes mots ne sont plus les mêmes mots. »

Smoky, Lambert Schlechter, collection « Lettres du Cabardès », Le Temps qu’il fait, 2003.

 

 

 

 

 

 

 

Un lieu, un souvenir

Le premier souvenir qui revient en mémoire à l’évocation d’un lieu.

Extrait :

« À Marseille où la bouteille de Bandol blanc luisait doucement la nuit dans les jardins d’une villa du quartier Saint-Barnabé qui ressemblait à Donafugata.

À Abbeville où j’ai vidé des bières avec Philippe Lacoche sur un bar péniche le soir

À Libourne entre Isle et Dordogne où je me suis promené au matin dans une géométrie utopique de rues jaune pâle

À Souillac où m’arrêtant juste pour un plein j’ai acheté chez un brocanteur un roman de Moravia que je n’ai jamais lu depuis

À Trouville où le sais-tu je ne suis jamais retourné

À Saint-Sauveur-le-Vicomte où la tombe de Barbey m’a ému plus que de raison dans le Cotentin glacé des derniers Noël

À Brest où j’ai vraiment beaucoup bu »

Le déclenchement muet des opérations cannibales, Jérôme Leroy, Éditions des Equateurs, 2006, p.88.

 

 

 

 

 

 

 

Propositions de travail :

Premier temps :

Tentative d’inventaire de l’espace urbain, en procédant par répétitions, déclinaisons, diffractions de ce qui se donne à voir et à comprendre, dans la brièveté et le mouvement. Quand on prend le métro par exemple, pendant les quelques minutes passées chaque jour sur le même parcours entre deux stations. En train, ou même à pieds lors d’un trajet quotidien entre un lieu et un autre.

Fenêtres, Open Space , Anne Savelli, Éditions Le Mot et le reste, 2007.

Deuxième temps :

Restituer par le biais de phrases concises, impressions détachées, fragment autobiographique, réflexion esthétique ou philosophique, sur des lieux dont le trait commun est leur banalité, le regard que l’on porte sur le monde.

Fenêtres sur le monde, Raymond Bozier, Fayard, 2004/Publie.net, 2010.

Troisième temps :

Le premier souvenir qui revient en mémoire à l’évocation d’un lieu. Par petites touches, succession d’instantanés scintillants, en vrac, en dresser l’inventaire versatile. Un lieu, un souvenir.

Le déclenchement muet des opérations cannibales, Jérôme Leroy, Éditions des Équateurs, 2006

 

 

 

 

 

 

 

Inventer la ville : fenêtres et souvenirs
Publié le 7 octobre 2013
- Dans la rubrique LIMINAIRE
Mémoire Ateliers d’écriture Photographie Fenêtre Frontière Passage Paysage Ciel Couleur Fragment Paris Architecture Corse Marseille Espace Sensation






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter