| Accueil
LIMINAIRE
Utiliser la géolocalisation pour mieux la détourner


Les Lignes de désir propose d’explorer le récit interactif sous forme de narration combinatoire en mettant à disposition du promeneur, dans l’espace de l’île Saint-Louis à Paris (lieu où se déroule l’histoire) une base de données géolocalisées de textes se présentant sous la forme d’enregistrements sonores (lecture des différents fragments indépendants à circulation non-linéaire), offrant une ballade immersive sans pour autant lui dicter un quelconque chemin à emprunter.

De nombreux dispositifs sonores utilisent la géolocalisation et questionnent le rapport intime qu’entretient le son avec son environnement. Dans ces projets artistiques, les promeneurs doivent se laisser guider à travers un espace défini, un quartier, une rue, un musée. Des sons se déclenchent, se modulent lors du parcours en fonction de la localisation du marcheur équipé d’un smartphone et d’un casque d’écoute lui permettant de générer son propre mix urbain.

JPEG - 35.8 ko
Moillesulaz 1:1

Moillesulaz 1:1 (Moillesulaz échelle 1), est un dispositif sonore géolocalisé de Stéphane Degoutin, Elie Kongs, Gwenola Wagon.

Cette œuvre propose l’exploration d’un dispositif sonore géolocalisé par GPS de la région frontalière franco-suisse, autour du poste de douane de Moillesulaz. Entraînés par des récits croisés et subjectifs d’observateurs extérieurs, les promeneurs sont guidés à travers les contours de l’étrangeté, constitués du résidu des pratiques qui forment et déforment l’environnement des villes.



Sonospheres est un audio-guide participatif conçu et réalisé par Orbe en collaboration avec le collectif Kom.Post.

Sonospheres permet de capter et de restituer les voix qui ont parcouru un lieu à travers le temps. En se déplaçant, le public devient l’explorateur de cette cartographie mais aussi le co-auteur si celui-ci décide de contribuer en déposant le témoignage de sa propre visite. Grâce à un système de boussole dont il occupe la place centrale, il peut s’orienter dans les différentes contributions et attribuer à un point de vue son propre témoignage.

Murmures Urbains est une des versions de ce dispositif mis en place dans le cadre de la programmation officielle du Festival Chalon Dans la Rue en juillet 2015. Le projet est basé sur le dispositif web média situé permettant de délivrer des médias sonores via un smartphone en fonction de contraintes multiples combinables.



SoundWays est une application dédiée à la création, l’édition et la diffusion de parcours sonores géolocalisés. C’est le fruit de plusieurs années de recherche et d’expérimentation menées par le collectif MU, sur le rapport intime qu’entretient le son avec son environnement. Le Collectif MU a convié une vingtaine d’artistes à parcourir le canal durant un temps d’immersion, de rencontres et d’enregistrements, de La Villette à Paris jusqu’au cœur de la Seine-Saint-Denis, pour concevoir une œuvre polyphonique destinée à être écoutée au fil des parcours de Bande originale : une exploration artistique du canal de l’Ourcq.

Le tracé de l’application court comme un long fil perlé le long du canal de l’Ourcq, sur sept kilomètres. Des centaines de bulles de sons rythment les quais. Une flânerie urbaine d’une heure trente environ.

La position délivrée par le système de géolocalisation du téléphone active les sons, atténués ou intensifiés selon la distance à la source de la bulle. Plus qu’une succession de points d’écoute, SoundWays est un parcours constitué d’un joyeux chevauchement. « Au lieu d’une seule source, plusieurs bulles évoluent en fonction du déplacement du spectateur. Il compose ainsi son propre mix en les déclenchant », explique Philip Griffiths.



Géosonic Mix Normandie Impressionniste propose une immersion dans un paysage sonore en construction. Une architecture invisible, faite de 80 zones d’écoute, se superpose à la topologie de la ville de Caen. Des sons se déclenchent, se modulent lors du parcours en fonction de la localisation du marcheur équipé d’un smartphone et d’un casque d’écoute lui permettant de générer son propre mix urbain.
JPEG - 145.4 ko
Géosonic Mix

Le projet propose un portrait sonore de la ville, sur la base d’enregistrements effectués sur place. De courtes pièces sonores (prises de sons, interviews, lectures, fictions) sont réinjectées dans l’espace public et deviennent les traces à réactiver de la mémoire de notre expérience sensible du lieu, un portrait ouvert et à entrées multiples dans lequel passé et présent, réalité et fiction se rencontrent.

Sur les bancs est un peu différent des précédents exemples. Il s’agit d’une application de réalité augmentée sonore qui propose des bulles de fictions géolocalisées dans les parcs et jardins de la ville de Paris. Grâce à la géolocalisation, l’application permet de repérer les histoires qui se trouvent autour de soi, d’être notifié quand on passe à proximité d’un épisode, et de la parution d’un nouvel épisode.

Cette application permet de repérer les histoires qui se trouvent dans notre environnement et d’être notifié de la parution de nouveaux épisodes. Une voix à gauche, une autre à droite, et nous voilà physiquement au milieu d’un dialogue entre deux personnages écrit par un romancier français.

PNG - 385.2 ko
Rue Saint-Louis en l’île, Paris 4e

Ce qui différence les Lignes de désir de ces projets et notamment de tous les audio-guides créatifs et les parcours (littéraires ou sonores) géolocalisés, c’est que dans le cas de notre dispositif aucun parcours ne peut être identique.

Il faut utiliser la géolocalisation qui, embarquée sur la plupart de nos appareils mobiles, est un rouage important du dispositif global de connaissance instantanée de ce qui se passe dans le monde, mais pour mieux la détourner.

Il n’y a donc pas de voie à suivre ou d’itinéraire idéal dans les Lignes de désir, il n’y a qu’un espace des possibles à arpenter, l’espace de l’île Saint-Louis, et c’est la manière avec laquelle le public l’appréhendera (sens de circulation, vitesse de la marche, activités variées pendant le parcours, temps de l’itinéraire, lieux empruntés et l’ordre avec lequel ils l’auront été) qui déterminera le texte entendu, et le texte à lire à l’issue du parcours, qui en somme éditera une version du texte.



© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter