| Accueil
LIMINAIRE
Publie.net et Les Vases Communicants sur Scoop.it


Michaël Trahan a été plus rapide que moi (et sans doute plus complet que je ne le saurais) pour évoquer dans son récent article commissariat web : sélectionner, trier et organiser les contenus (introduction à Scoop.it) et expliquer par le menu les raisons qui l’ont poussé à s’intéresser à cet outil, ce qu’il en attend et ce qu’il en retire.

« choisir, trier et organiser les contenus est une question centrale. Une question tellement centrale qu’il faut la réévaluer fréquemment : comment trouver de bons sites ? Comment trouver des personnes qui publient du contenu qui nous plait ? Etc. C’est aussi une question mouvante, parce que les outils changent constamment. Il faut simplement demeurer attentif. Twitter et Facebook, par exemple, contribuent à cela : nous nous y retrouvons inscrits dans une logique de réseautage et de partage, où nous tombent sous les yeux quantité de textes, d’images, de liens, relayés par les gens avec lesquels on choisit de demeurer en contact par l’intermédiaire du web. »

La nouvelle tendance du web en ce début d’année 2011 s’appelle la curation. Ce terme est tiré de l’anglais curator. En ancien français la curation a un tout autre sens puisqu’il désigne le traitement d’une maladie.

Tout type de gardien d’un héritage culturel (conservateur de musée, bibliothécaire, etc.) chargé de rassembler et d’organiser différents éléments d’une même collection pour mieux la diffuser au public est ainsi désigné. Appliqué à l’Internet, la curation consiste à collectionner, agencer et partager les contenus les plus intéressants (textes, images, vidéos, etc.) autour d’un même thème.

Capture écran Scoop.it

 

 

 

 

 

 

 

 

L’émergence de ce terme témoigne de l’insuffisance des seuls moteurs de recherche pour trouver du contenu vraiment pertinent sur une thématique donnée. Comme le montre très bien Michaël Trahan sur son site redire.net : « L’un des enjeux déterminants du web, c’est de savoir gérer la quantité d’informations — entendu au sens large : visuelle, textuelle, etc. Il y a des choses de qualité qui se font et se défont sur internet ; il ne faut pas bouder la pratique du web en disant qu’il s’agit d’un dépotoir duquel il est impossible d’extraire les « bons » éléments. Bien sûr, quand il y a trop de contenu disponible, ça devient du bruit, comme quand tout le monde parle en même temps — et la question de la qualité des contenus devient alors difficile à gérer : qui écouter ? Quoi écouter ? Dans cette optique, donc, c’est chose déterminante de trouver des outils qui nous conviennent pour choisir, trier, et organiser les contenus. »

Depuis quelques années, la profusion d’informations disponibles sur le Web a engendré un besoin de classification des contenus qu’un algorithme de moteur de recherche ne permet pas. Le recours à l’humain devient alors nécessaire pour organiser ces contenus et les mettre en valeur.

Comment cela fonctionne ? Michaël Trahan l’explique très bien : « Bien concrètement, c’est assez simple : grâce à l’ajout d’un petit bouton dans votre navigateur web préféré (aucune installation nécessaire : c’est un « bookmarklet »), vous pouvez sélectionner de manière à peu près transparente ce qui vous plait au fil du web (selon les « champs » — le terme anglais utilisé par Scoop.it est « topic » — que vous aurez déterminés). Une fois cette sélection faite, Scoop.it s’occupe de réorganiser et de présenter visuellement tous ces contenus, de manière à ce que ceux qui s’intéressent aussi à vos champs (« topics ») peuvent avoir facilement accès à des ressources qui les intéressent potentiellement aussi. Quelle est la différence avec Facebook ou Twitter ? Dans la plupart des réseaux sociaux, on suit des personnes, directement ; sur Scoop.it, on suit des champs d’intérêt : c’est donc à la fois beaucoup moins personnel et beaucoup plus spécifique. »

Capture écran Scoop.it

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe plusieurs comme outils et plates-formes permettant d’agréger tous types de contenus Tumblr, Storify ou Amplify.com. En France, Pealtrees propose depuis 2009 de visualiser, d’organiser et de partager des contenus sous formes de perles reliées par un collier virtuel. Scoop.it, lancé par Goojet fin 2010, permet quant à lui de créer une page thématique et d’y associer les contenus du Web.

J’ai privilégié pour ma part sur Scoop.it un thème que je connais bien, et fréquente au quotidien, les textes et les auteurs de Publie.net et plus largement tout ce qui touche au texte numérique, à la littérature dans sa forme contemporaine, pour résumer disons l’endroit des textes, des auteurs de Publie.net, de leurs lecteurs et de leurs blogs et plus largement de tout ce qui contemporain s’écrit numérique.

Dans la foulée, le jour des vases communicants de février arrivant, j’ai également ouvert un compte Scoop.it sur ce thème.

Même si ce principe d’agrégation de contenus thématiques reste une solution où l’empilement chronologique de type blogs demeure, c’est-à-dire cet Internet comme fosse à bitume que dénonçait à juste titre François Bon, Scoop.it permet d’avoir sur le moment, une lecture thématique de sites variés, de les réunir et de les présenter d’une manière visuelle élégante, à l’aide d’un outil aux fonctionnalités très souples et évolutives (en préparation la version mobile qui permettra d’enrichir de contenus variés les champs Topics qu’on a sélectionné.

Je vous invite à visiter mon profil sur Scoop.it : Liminaire.

Dernières nouveautés sur Scoop.it :

Un widget qui permet de diffuser une sélection des articles sélectionnés sur son site ou son blog.



Un bouton pour partager plus facilement vers votre profil sur Scoop.it :



Et la possibilité de partager chacun de ses choix sur de nouveaux réseaux sociaux. Après Twitter et son profil Facebook on peut désormais aussi associer une Page Facebook, mais également partager sur vos comptes LinkedIn, WordPress, et Tumblr.

Depuis décembre 2011, Scoop.it propose une application iPhone (disponible sur l’AppStore), de son service de veille et de partage. L’application est totalement gratuite et elle s’avère plutôt complète :

Consultation des sujets partagés créés sur le site.

Partage des articles sur Twitter, Facebook, Tumblr...

Edition des sujets partagés (titre, image, description).

Partage d’un nouveau lien en édition manuelle.

Application Scoop.it sur iPhone Application Scoop.it sur iPhone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 commentaire
  • Choisir, trier et organiser les contenus du web 10 février 2011 17:09, par michaël trahan

    Merci pour le relais — c’est assez bien, scoop.it, ça vaut la peine de passer le mot.

    Quant au terme "web curation", ne sachant pas trop comment le traduire, j’y ai été pour "commissariat web". Cela dit, je pense qu’une traduction littérale depuis l’anglais donne plutôt "conservateur" — c’est votre texte qui me l’a fait constater.

    À titre de complément d’information : « Le mot français "commissaire" est attesté depuis 1310 et dénomme celui à qui l’on commet une charge, une fonction plus ou moins temporaire. "Curateur, -trice" est un emprunt au latin juridique curator, de curare, "prendre soin de". Le terme apparaît en français à la fin du 13e siècle ; aujourd’hui encore, le curateur est la personne désignée par le juge des tutelles pour assister une personne majeure incapable. » (Tiré de "Qu’est-ce qu’un commissaire d’exposition ?", in Les questions sans réponse(s) de l’art contemporain, Vitry s/Seine : Mac Val, 2007, p. 11 — page wikipédia "Commissaire d’exposition").

    Conclusion : il semble que le terme anglais "curator" désigne en effet à la fois "conservateur" et "commissaire". Pas de panique, donc.

    Salutations,

    Voir en ligne : redire.net

Choisir, trier et organiser les contenus du web
Publié le 10 février 2011
- Dans la rubrique LIMINAIRE
Écriture Palimpseste Lecture Pierre Ménard Brèves Citation Multimédia Désordre Inventaire Revue
Bureau de Charles Kermarec à la Librairie Dialogues à Brest






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter