| Accueil
LIMINAIRE
Anne Savelli, écrivain


Dans le cadre de ma résidence d’écrivain soutenue par la Région île-de-France, j’ai décidé de mettre en place avec le soutien de Mélico, mémoire de la librairie contemporaine un travail sonore sur la lecture, une série d’entretiens avec des auteurs, des librairies, des bibliothécaires, des éditeurs, des journalistes, des professeurs, des enfants, des poètes, des blogueurs et plus globalement des lecteurs, suivie par la lecture d’une page 48 de leur livre de chevet.

Les livres que l’on achète en librairie, ceux que l’on emprunte à nos amis ou dans une bibliothèque, ce que l’on lit, quel genre de livres et où, dans quel endroit, dans quelle position, ce que lire représente pour soi et pour les autres, le souvenir de son premier livre, son livre de toujours, celui qui ne nous ne quitte pas et comment on imagine lire dans le futur.

Entretien avec Anne Savelli, écrivain :

Anne Savelli est écrivain. Elle est née en 1967 à Paris, où elle vit et travaille actuellement. Elle est l’auteur de Fenêtres/Open space, écrit en 2007, et de Cowboy Junkies / The Trinity Session, écrit en 2008, deux livres parus aux éditions Le mot et le reste. Franck, son nouveau livre, est paru en septembre 2010 dans la collection « la Forêt » des éditions Stock.

Les anges, Violeta de Dulce Maria Cardoso (Actes Sud)

 

 

 

 

 

 

 

Écoutez la pièce sonore et l’interview d’Anne Savelli diffusées en intégralité sur le site de Mélico, mémoire de la librairie contemporaine :

Où lis-tu le plus souvent ? Où préfères-tu lire ? Dans quel lieu ? Dans quelle position ?

Je lis pas mal dans le métro. Je lis beaucoup dans mon lit, et beaucoup sur écran, beaucoup sur écran dans mon lit mais c’est quand même assez récent. D’ailleurs il y a deux trois ans, je me disais mais je ne lis plus, qu’est-ce qui se passe, mais en fait j’ai découvert que j’avais l’impression que je ne lisais plus parce que je ne lisais plus que sur écran, et comme je n’ai pas de liseuse, je lis juste sur un ordinateur, à un moment ça me fait mal aux yeux, donc j’ai tendance à lire des trucs assez courts et du coup j’avais l’impression de sauter d’un truc à l’autre sans vraiment me concentrer, ce qui n’était pas forcément le cas en plus. En fait j’aime beaucoup l’alternance. J’aime beaucoup me replonger dans un livre qui est un objet clos auquel je vais entièrement me consacrer, et parallèlement à ça passer, le reste de la journée à lire aussi autre chose. Je lis généralement plusieurs livres à la fois, et ça vient de l’enfance (en général j’en lis entre trois et cinq), mais sur les cinq il y en a forcément un que je vais commencer et puis continuer trois mois après, ce n’est pas de la lecture continue. C’est rare que j’abandonne un livre. Je suis aussi lectrice de manuscrit et c’est une autre façon de lire, mais je considère que c’est du travail, c’est vraiment différent.

Quels genres de livres ou de documents lis-tu aujourd’hui ? La presse, les informations sur Internet, les romans, la poésie, les essais ?

Je lis très peu de presse, je n’aime pas beaucoup la presse, c’est marrant parce que je suis quand même une ancienne journaliste, peut-être pour ça justement. Je ne lis pas beaucoup la presse. Je la lis en ligne en fait. C’est la presse papier que je ne lis pas beaucoup. De temps en temps je vais lire des polars. Quand je n’arrive plus à lire, je lis soit des polars, soit Maupassant. Maupassant, c’est très bien. Les nouvelles de Maupassant, quand tu as l’impression que tu bloques et que tu n’arrives plus à lire, c’est vraiment parfait. Mes libraires ont l’impression que je ne lis que de la littérature contemporaine expérimentale, donc ils me disent toujours : ça c’est pas pour toi, et je leur dis : mais qu’est-ce que vous en savez ? Pourquoi je n’aurais pas le droit, à certains moments, de lire des livres avec un début, un milieu, une fin ? Mais c’est vrai ce n’est pas forcément ce que je lis le plus, il faut le dire. J’achète beaucoup plus de livres que je ne peux en lire. J’en ai énormément à la maison, c’est envahissant et donc je me dis qu’il faut que je me freine et en même temps c’est vraiment impossible. Je fonctionne comme ça.

C’est en lisant qu’on devient liseron | 5
Publié le 6 octobre 2010
- Dans la rubrique LIMINAIRE
Lecture Sons Livre Multimédia Portrait
Franck, Anne Savelli, Stock






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter