| Accueil
Planche-contact : semaine n°43

Planche-contact : Écriture photographique et mémoire du processus créatif.

Tous les jours je prends une photographie et je la diffuse sur le site Tumblr : Planche-contact, en y associant une phrase trouvée sur l’un des nombreux blogs et sites littéraires que je suis régulièrement sur Netvibes ou sur Twitter. À la fin de la semaine, je reprends l’ensemble des photos pour les diffuser dans un article avec le texte que j’ai écrit à partir des phrases trouvées pendant la semaine.

Premier bilan à mi-parcours : Planche-contact : mots clés


Le temps de rêver beaucoup sur le jour d’après. Les informations sur le chemin à suivre sont parfois contradictoires. Flux qui s’attaque au courant dominant, qui déjoue la vague principale et s’en va, vainqueur. Vibrer dans l’image immobile, comme l’évocation d’un peuple disparu. Cette expression, dans ce quelqu’un rien d’anonyme mais quelqu’un. Les recoins saillants du verbe et les contours fuyants des silences. Dans la tristesse d’un nuage. On se force un peu à penser qu’il y a de la vie là dedans.


Quai de l’Oise, Paris 19ème, dimanche 21 octobre 2012, 12h. Le temps de rêver beaucoup sur le jour d’après. la nuit d’après (pour garder le chemin) (Arnaud Maïsetti)


Gare SNCF, Orsay, Essonne, lundi 22 octobre 2012, 17h. Les informations sur le chemin à suivre sont parfois contradictoires.. Ma vie et celle des autres (Céline Saby)


Île Saint-Etienne, Quai de la Reine blanche, Melun, mardi 23 octobre 2012, 14h20. Flux qui s’attaque au courant dominant, qui déjoue la vague principale et s’en va, vainqueur. Pierre Alechinsky, aussi en contre-lame (Dominique Hasselmann)


Rue Lafayette, Paris 10ème, mercredi 24 octobre 2012, 19h. Vibrer dans l’image immobile, comme l’évocation d’un peuple disparu. Les fantômes de Tania Mouraud (Lunettes rouges, Marc Lenot)


Médiathèque du Val d’Europe, 2 Place d’Ariane, Serris, jeudi 25 octobre 2012, 17h40. Cette expression, dans ce quelqu’un rien d’anonyme mais quelqu’un. Pour Maryse Hache (Christine Jeanney)


Rue Vincent Van Gogh, Paris 12ème, vendredi 26 octobre 2012, 11h40. Les recoins saillants du verbe et les contours fuyants des silences. Pas d’ici, pas d’ailleurs (De Litteris)

Rue d’Alsace, Paris 10ème, samedi 27 octobre 2012, 18h10. Dans la tristesse d’un nuage. On se force un peu à penser qu’il y a de la vie là dedans. On passe (Thomas Vinau)


LIMINAIRE le 25/06/2019 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube