| Accueil
LIMINAIRE
Mardi 2 février 2010


Au début c’est comme une distraction nouvelle. Une façon généreuse, et risquée, d’habiter le monde : comme chaque fois que le désir nous anime. Manière de vouloir à toute force composer des ensembles avec des éléments qui à première vue n’auraient rien à faire entre eux. Comme tout objet de désir, ils sont condamnés à le manquer. Exercice de la parole, écoute du monde. Énigmes dans la circulation du sens. Le monde fourmillant de relations et donc d’énergie. Quoi que ce soit d’autre ou rien du tout. Je vais vous dire ce que je veux, ce que je souhaite réellement, alors, dites-moi ce que vous voulez, ce que vous voulez vraiment, vraiment. C’est une habitude désormais. Mettre joyeusement à jour le désir forcené de composer des ensembles, de les réunir. D’ici là, ne laissez pas la nuit terminer seule ce que vous aviez commencé.

WE ARE GHOSTS
Publié le 2 février 2010
- Dans la rubrique JOURNAL
Nuit Parole Sens Désir Monde






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter