| Accueil
LIMINAIRE
Samedi 19 septembre 2009


Indéniablement, il y a de l’emportement là-dedans et même de la furie. Et des ruptures qui constituent autant de relances et d’oscillations. On préfère drôle à absurde. Mêlant toutes sortes d’éléments afin d’en tirer un accord si possible inouï : déchets sonores, produits des conditions de résonance sans cesse changeantes, non sans y ajuster quelques onomatopées et préférer recommencer ailleurs. Ce qui suppose à la fois de la continuité, des fils ténus à travers reprises et variations, multiples passages entre états solide et liquide qui évoquent à mi-chemin précipitation et concrétions. C’est très agréable cet engourdissement sans se laisser aller à dormir. Lieux nus de lumières inattendues. Je n’ai aucune explication. Les mots sont en plein air. En dessinant une partie du poème s’est effacée.

Plage de Carolles

TOUCHED SOMETHING’S HOLLOW
Publié le 19 septembre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Lumière Sons Parole Passage Poésie






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter