| Accueil
LIMINAIRE
Jeudi 22 octobre 2009


Le ciel reste à jamais imprévisible. La ville disparait entièrement sous une brume pluvieuse. Le bruit nombreux de la ville, l’agression invisible de leur parole quand ils s’enfuient moqueurs ou simplement indifférents. Il faut dire sur tous les tons les multiples variations de cette vague de silence, ses infinis accents. La plus libre, la plus souple, la plus voluptueuse des danses possible. La réduction de nos faits et gestes à une partition écrite soit par des intérêts qui ne sont pas les nôtres, soit par une incapacité à penser au-delà et en dehors de notre espace familier. Ce n’est pas rassurant. Mais c’est très drôle. Mais à condition de ne jamais recommencer. Au contraire rien à signifier, circulez, c’est vouloir, c’est aimer répéter de bonne grâce. Est-ce à dire que le discours n’épuise pas l’évidence ?

Rue de Metz

THE SPIRIT OF APOLLO
Publié le 22 octobre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter