| Accueil
LIMINAIRE
Mardi 22 septembre 2009


L’habitude maladive de s’attacher au connu s’est suffisamment répandue par ici. Là où la logique est affirmative et triomphante, il faut travailler ses échecs, nourrir ses obstacles et se fixer d’autres objectifs que la transparence du langage. Le moindre échec, il faut en prendre soin. Sans lui, aucune confrontation n’existerait en nous ; avec lui, l’obstacle trouve un visage. Se sentir honnête, c’est le refus du soupçon. Non parce qu’il n’y a plus de chemin mais plutôt parce que tous les chemins ne mènent à rien. Maintenant je dévale une route invisible, j’ignore, aussi, j’ignore. La seule possibilité, dans cet ordre d’idées, est de demeurer maître des faux pas.

Aéroport d'Orly

THAT’LL BE THE PLAN
Publié le 22 septembre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Langage Chemin






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter