| Accueil
LIMINAIRE
Jeudi 17 décembre 2009


Quand on se tait, il est moins facile de mentir. Du coup, le silence est plus suspect que le mensonge. Quand quelqu’un commence à parler c’est toujours quelque chose d’étrange, dès lors qu’on y prête attention, c’est une fabrication de nuage ou de brume, une composition flottante. Je n’ai pensé à rien, sur le moment. Je n’ai presque rien dit. Un grand bonheur est presque comme un grand malheur. On ne comprend pas ce qui nous arrive. Des objets dont on ne connaîtrait que les angles. Ils rendent notre vie supportable. Et en plus, ils ont la propriété singulière de nous survivre. Je sais quelle place leur assigner, c’est une chose qui est à côté de moi. C’est une forme d’écriture à partir des mots qui sont déjà là.

Gare du Nord

THANK YOU SPACE EXPERT
Publié le 17 décembre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Écriture Silence Parole Bonheur






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter