| Accueil
LIMINAIRE
Dimanche 6 septembre 2009


Le vent doux conjugué aux déplacements imperceptibles et implacables de l’ombre et de la lumière franche, donne un faux rythme en harmonie parfaite avec ce que l’on traverse. Chacun de nos pas nous éloigne de notre mémoire. Est-ce une bonne chose de les aligner jour après jour, si possible en un nombre suffisant fixé d’avance ? Le bruit du monde qui arrive vers nous de l’extérieur comme les pas de la pluie, le vacarme d’une usine ou le cri d’une foule. Mon sommeil est invisible. Une énigme ou une simple présence insignifiante ? Finalement, cela ne disparaît que pour mieux revenir. Pour ce faire, il faut interroger tout autant le passé que le présent. Rien de précis. Je cherche. C’est tout. Une forme faisant naître des instants uniques et impossibles. Peu s’en faut pour que ça cède, que ça s’engage, que ça affleure et s’effleure.

Marché de Carolles

SCENIC WORLD
Publié le 6 septembre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Lumière Temps Sommeil






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter