| Accueil
LIMINAIRE
Dimanche 18 octobre 2009


Je regarde mais ne pense plus. Je vis dans une sorte d’embrumement, dans l’impression qu’il me faut sans cesse lutter avec ma mémoire, et cette brume de la mémoire.L’habitude s’installe peu à peu, sans surprise chacun se satisfaisant de soi. La dialectique est partout. Et la marche est un trou noir à métaphores. L’incohérence d’une trajectoire peut menacer l’ensemble. Comment se défait-on de cette inaptitude ? Feuilleter doit être un peu comme respirer à fond. Oui comme ça. Le temps presque s’arrête dans ce mouvement souple. Les corps se frôlent, s’évitent, parfois se heurtent, dans une étrange chorégraphie. Partir de quelque chose c’est s’en éloigner, s’en défaire. Sur ce point nous nous ressemblons.

Repas à la bibliothèque de Saint-Apollinaire-de-Rias

SADDLE MOUNTAIN
Publié le 18 octobre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Mémoire Regard Corps






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter