| Accueil
LIMINAIRE
Dimanche 4 octobre 2009


Il y a un début à tout, c’est ce qui est beau. Cette émouvante beauté nous regarde. La forme des lettres et jamais leur signification. Toutes les vies sont fausses. Croire qu’il y a une réponse qui précède leur question là où il n’y a que scène invisible, questionnement dénué de fin. Croire qu’il y une direction ou une promesse à leurs jours. Ce sont les corps, visibles et sonores, qui découpent l’imaginaire en figures. Mouvement de torsion entre le réel et l’imaginaire par lequel se tisse l’infini (∞) du sens. On se dresse sur la pointe des pieds. À mesure que se prolonge l’observation silencieuse, il n’y a rien à voir, rien à sentir, rien à entendre. À chacun de faire ou de ne pas faire la découverte de son propre lieu. Et cela regarde chacun, cela nous regarde.

RULE MY WORLD
Publié le 4 octobre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Regard Vérité Corps Sens






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter