| Accueil
LIMINAIRE
Mardi 3 mars 2009


Parfois, nous inventions un jeu. Je me concentre sur ces objets et je regarde avec angoisse les mains habiles des invités qui, eux, ne les regardent même pas. Personne n’est capable de se souvenir d’un seul jour de sa vie. Je veux dire s’en souvenir intégralement, depuis l’instant à ; il a ouvert l’œil jusqu’à celui à il l’a fermé, de rapporter avec exactitude l’enchaînement des geste et l’emboîtement des mots qui ont fait sa journée. Il faut se contenter de bribes, de ce qui est resté imprimé, du dérisoire qui cache éventuellement la forêt. Et c’est de ça qu’il faudrait tirer une histoire cohérente, débusquer les motifs d’une obsession. Je les manœuvre au rythme d’un va et vient qui me donne presque le vertige. Qu’est ce que cela veut dire avoir de belles mains ?

Cité du Wauxhall, Paris 10<sup class="typo_exposants">e</sup>, fév 2009

NOT A ROBOT, BUT A GHOST
Publié le 3 mars 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Mémoire Fragment Histoire Jeu






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter