| Accueil
LIMINAIRE
Vendredi 13 février 2009


On finit par perdre cette admiration, chaque jour comme si j’avais laissé bien trop de moi pour même penser vouloir y retourner. Je voulais lui rappeler d’où l’on venait. Je ne pouvais lui exprimer autrement qu’avec cette pudeur. Ce qui n’est pas visible n’est pas invisible. Ce n’est pas un hasard, on a tout essayé. Le souffle renfle l’invisible. Je tête sa langue dans l’autre langue, pour la richesse inquiète du peu. J’appelle, j’entends, je vois. Il faudra du temps mais je l’ai trouvé et en retour bientôt pourrai aider. Ce que je viens de voir n’était pas un rêve, mais un souvenir. Ouvrir toujours, courir, ne jamais s’arrêter. Je ne suis qu’au début de l’escalier, ce n’est pas un hasard.

Immeuble rue Brillat-Savarin, Paris 13<sup class="typo_exposants">e</sup>, fév 2009

NOBLE BEAST
Publié le 13 février 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Mémoire Quotidien Hasard Corps Rêve






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter