| Accueil
LIMINAIRE
Lundi 26 janvier 2009


On ne voit plus, on devine, on imagine, c’est toujours mieux. Vous m’avez mis la puce à l’oreille... et ça commence à démanger : je note donc. Je suis là, je marche mais je ne bouge pas. Difficile de pousser plus loin le constat de contradiction. On entend derrière sa porte le fracas du vide. En tout cas on comprend très vite qu’il ne devrait pas être là. Si on le souhaite il est peut-être encore temps. Parfois ces phénomènes. À ce tour, ce mot, cette musique, c’est peu, c’est beaucoup. Mais qu’entendait-il, au juste, par construction réelle ? Il y a un avant et un après, elle assure un repère ; mais aussi une limite. Et c’est là dans ce nulle part que ces riens vont se battre. Et quasiment s’entretuer. Et est-ce qu’elle voudra faire en sorte de venir chercher ce trésor ?

Porte d'Ivry, jan 2009

NEW NOW KHOW HOW
Publié le 26 janvier 2009
- Dans la rubrique JOURNAL






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter