| Accueil
LIMINAIRE
Sable et solde | 23


Appels sans écho, flot de visages éteints, la nuit désertée.


Tous les étés le wiki Marelle, zone d’activités poétiques que j’ai animé de 2004 à 2010, est régulièrement spammé, et je dois maintenir à flot un site que je n’utilise plus depuis 2008. Bien sûr je pourrais cesser d’utiliser ce site, l’essentiel des pages diffusées concernant mes ateliers d’écriture en ligne a été sauvegardé sur Liminaire en 2010, et est disponible dans mon ouvrage Comment écrire au quotidien, sur Publie.net . Mais il reste visité par de nombreux internautes et je ne me résous pas à le supprimer. Maintenir un site dans la durée (9 ans déjà !) est une épreuve de force et un travail de longue haleine.

Quand je ne retrouve pas la sauvegarde de la page effacée, j’utilise le cache Google de celle-ci. Il s’agit d’un instantané de la page. J’aime beaucoup ce terme. Le site précise que « la page actuelle peut avoir changé depuis cette date. »

Les aperçus instantanés sont des captures instantanées de pages Web. Ils permettent d’obtenir un aperçu des pages Web renvoyées dans les résultats de recherche et de choisir le résultat sur lequel cliquer.

En procédant à ces récupérations de données et mises à jour du site, je retrouve de vieux textes dont j’avais oublié l’existence, par exemple celui-ci écrit à partir de la piste d’écriture proposée sur Comment écrire au quotidien à partir du texte Exercice d’équilibre de Didier Arnaudet :

À partir d’éléments hétéroclites de conversations interrompues, de phrases sur tout et sur rien, de citations sans mention d’auteurs, de slogans politique ou publicitaire c’est au choix, de questions sans réponses ou d’idées toutes faîtes, le tout mis bout à bout, construire un curieux montage à la manière du copié/collé où des voix alternent sans chercher forcément à communiquer entre elles.

On voit une silhouette sans savoir ce qu’elle signifie

Une marque claire sur le tissu mouillé

Ce n’est pas fini, on ne peut pas finir comme ça, sur ces mots-là

Dans la casserole les oignons se transforment lentement en une friable poussière charbonneuse qui commence à former un dépôt calciné rugueux

L’écriture est un travail de mémoire

L’invention de l’art en témoigne, tout comme, d’une autre manière, l’apparition du culte des morts

Nous connaissons depuis très longtemps ce mécanisme ; c’est exactement celui-ci qui s’applique pour les échanges de marchandises

Quand c’est plus l’heure c’est le bon moment

Aujourd’hui je trouve normal que tu puisses regarder une belle femme

Il y a quelque chose qui vous parle directement, et qui dit des choses terribles sur les forces qu’on ne contrôle pas

Et bientôt, je l’espère, le rideau de brume se déchirera

Remarquez que la tenue de route directement concernée voire presque améliorée aurait été forcément entrainée vers l’intérieur

Car il faudra bien prendre en compte que tout déplacement déplace l’alibi

Je suis là pour vous montrer quelques trucs que vous appelez réalité

Cette sensation de croquer dans quelque chose de doux, de tendre, de savoureux. Il me faut retrouver encore cette douce sensation

La nuit, personne ne me demande rien. Je mets un disque de Nat King Cole. Je me sens en possession de tous mes moyens

Les trous noirs sont l’ultime destin des vieilles étoiles très massives, la dernière étape de l’effondrement gravitationnel. Ce sont des astres qui, par définition, n’émettent aucun rayonnement et, conséquemment, sont invisibles

Retour en arrière je me fais des films ce que je vois deviens ce que je vis

Un mauvais acteur. Non, je ne devrais pas dire cela. Nous étions, en quelque sorte, dans les coulisses et, vu de là, un acteur paraît toujours mauvais

Pour t’aimer une fois pour toutes, pour t’aimer coûte que coûte, malgré ce mal qui court, et met l’amour à mort, quand je m’endors contre ton corps, alors je n’ai plus de doute, l’amour existe encore

Plus on se donne, plus l’autre vous appartient…

Cette alchimie là est extraordinaire lorsqu’on parvient à la trouver et nous savons l’un et l’autre que l’on peut la chercher tout une vie sans la rencontrer

J’ai choisi la fidélité. Même si cela ne supprime pas les tentations

Au sujet de ma coupe, elle vous va ou pas ?

Ce que chacun raconte sur sa vie ou le projet de sa vie est un mensonge

Il est un point de contact. Dans un bain révélateur qui est la lumière. Un tempérament ne voit pas le monde, mais dans le monde se révèlent des dispositions pensables

Les nouveaux-nés sourient aux anges dit-on. Et en effet si les anges sont ces riens qui pour un rien parfois donnent des ailes

Il en faudrait des jours ni caché ni visible ni rien coup de gong lointain

Trop de blanc éclairé sur une surface plane peut éblouir

dimanche 5 août 2012, 11h15, Rue Barbanegre, Paris 19<sup class="typo_exposants">e</sup>

 

 

 

 

 

 

 

 

Photographie Planche-contact du dimanche 5 août 2012, 11h15, Rue Barbanegre, Paris 19e.

Les aperçus instantanés
Publié le 5 août 2013
- Dans la rubrique JOURNAL
Temps Mémoire Photographie Lecture Poésie Livre Multimédia Art Absence Images Paris Journal






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter