| Accueil
LIMINAIRE
Vendredi 9 janvier 2009


Ça ne peut plus durer comme ça. On entend une voix qui raconte et va se perdre. Le puzzle est dit sans bords. L’exercice est cruel mais profitable. Vous vous arrêtez là. Vous souriez. L’important pour garder ce dynamisme intact, est de continuer à nous surprendre nous-mêmes. Dévaster les barrages. Égarés dans le soir d’une attente interminable. La ponctuation du temps dans la langue est de l’ordre d’une nécessité rythmique. N’importe quelle parole, n’importe quel mot, fait référence à la fonction sensible du sens. C’est son usage qui détermine sa valeur. Parce que c’est son désir et parce que c’est sa volonté. Un vif rayon de jour passe par un étroit soupirail, les feuilles traversées de lumières se changent en émeraudes, en topazes.La fin est plus féroce que le début.

Studio 168 à la Maison de Radio France à Paris, 16<sup class="typo_exposants">e</sup>, jan 2009

KEEP ME ON
Publié le 9 janvier 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Temps Langage Palimpseste Sens Désir Rire






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter