| Accueil
LIMINAIRE
Dimanche 27 décembre 2009


Ça a débuté comme ça. Par un matin tout blanc. Pour marcher dans le vide, il faut se construire un chemin. J’aime laisser faire les choses et j’ai toujours peur de peser. Comme tout passe, cela passera aussi. La vie, comme elle jaillit et nous éclabousse. Je crois, mais ma mémoire est défaillante. Sentiment cruel d’avoir perdu mon temps, de l’avoir utilisé à mauvais escient, de l’avoir consumé en vaines rêveries. Il faut écrire la légende de notre passé, dans laquelle nous espérons être absorbé par le regard rétrospectif du futur. On reste toujours suspendu. Je fais attention à la route. Je fais attention au tracé de la route. Je fais attention à la part d’invisible. Je dirais plutôt l’envie, le désir, l’espoir du sens. J’y vais, j’y suis, je suis là, c’est maintenant.

Cours du Collège Marguerite de Navarre à Pau

IN THE AFTERNOON
Publié le 27 décembre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Temps Mémoire Chemin Sens Désir






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter