| Accueil
LIMINAIRE
Mercredi 14 octobre 2009


La chance, on peut presque dire le miracle, c’est que la langue d’arrivée permette d’articuler les significations requises dans une phrase elle aussi réussie. Cette affection retient le temps présent, le fait durer dans un espace sans bord. Rien ne l’y oblige. Le maximum d’ordre dans un maximum de désordre. Entre l’inutilité de faire et celle de ne rien faire, je préfère la première. Là depuis longtemps, et seront là bien plus tard, tel l’équilibre secret d’un horloger. Fragments d’un drame qui demeure invisible et dont on ne perçoit que des échos partiels, des stances déchirées. Pas à le traduire, non : cela, il ne le peut pas. Mais de tenter de le comprendre.

Derrière la Mairie de Saint-Apollinaire-de-Rias

HIDE AND SEEK
Publié le 14 octobre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Temps Écho Sens Désordre






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter