| Accueil
LIMINAIRE
Vendredi 6 novembre 2009


Sans oubli, le passé est perpétuellement rabattu sur le présent. Je ne reconnais pas le son de ma voix. Et plus le train avance, plus j’ai la curieuse impression de revenir en arrière. Ondulant comme des algues des rangs de flammes avancent. Un silence sans rime s’accumule dans l’espace. En cette vie il est une autre vie. Ma certitude est mon acte même, le cœur revient avec l’évidence, et je crois de toutes mes forces. Et, comme toujours, dans l’espoir d’autre chose. Mais il faudra bien plus que de l’espoir. Il se trouve que je peux lire pas mal de choses dans la façon d’être des gens. Alors il n’y a rien d’autre à faire que rester assise quelque part, là où il y a de la pénombre et du brouhaha qui domine le bourdonnement des oreilles. C’est l’oubli qui permet une véritable mémoire de la volonté, et l’unique horizon reste celui de la faute.

Eglise de Martigues

1 commentaire
  • GIVE ME PAIN 7 juin 2010 00:37, par Pierre Ménard

    Et, comme toujours, dans l’espoir d’autre chose.

    Voir en ligne : Liminaire

GIVE ME PAIN
Publié le 6 novembre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Temps Mémoire Voix Silence






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter