| Accueil
LIMINAIRE
Lundi 2 mars 2009


Dans le rétroviseur, je l’ai regardé s’avancer. La seule présence tombée comme un bloc massif, une sorte de suspens à tout se pétrifie. Cette technique que l’on a pour repérer instantanément le signe particulier. Il y a de la lumière mais il n’y a personne. Tu es ailleurs. Tu es sûrement dans un lieu magnifique. Les jours se succèdent comme des images blanches, ils t’emportent, te ramènent à la même présence de cette voix qui parfois en sait bien plus que toi, on dirait qu’elle n’a pas bougé, qu’elle t’attend tu ne sais où. Le monde est langage et le langage est une manière d’agir sur le monde. Ouvert sur le futur et même sur le futur immédiat.

Caroline et moi dans l'ascenseur rue Eugène Varlin, Paris 10<sup class="typo_exposants">e</sup>, fév 2009

BLUE MONDAY
Publié le 2 mars 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Temps Regard Langage Paysage Monde Images Mouvement






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter