| Accueil
LIMINAIRE
dimanche 11 octobre 2009


C’est très difficile de choisir. C’est ce que je faisais, bizarrement, cette nuit. Nettoyer les ombres pour leur donner un joli fini bien mat. Je ne vais pas les décrire encore une fois même si c’est tentant. Dans une sorte d’exploration ou de fouissement à la fois tâtonnant et sûr de lui-même dans les strates pétrifiées des conventions et habitudes dont nous sommes faits. Je passe trop vite pour m’informer suffisamment. On peut pas savoir, il n’y a pas d’enregistrement. Ce reflet qui dans le sable creusé, est comme un grand papillon de neige sur les mains des enfants. Qu’une petite lueur puisse se diffuser harmonieusement en leur centre. Tous les jeux improbables de nos silences allusifs. Ce que je vois ou ce que j’ai entre les mains se nie au profit de ce qui veut être. Tout ça le long d’un mur, en préparant un cambriolage. Voilà à quoi je pensais en admirant le paysage par la fenêtre de mon train.

AU JOUR LA NUIT
Publié le 11 octobre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Regard Palimpseste Fenêtre Paysage Images






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter