| Accueil
LIMINAIRE
Mardi 1er décembre 2009


Tout regarder sans discontinuer. Devenir ignorant de soi-même, tendre à cela tout le temps. Prisonnier d’un soudain engourdissement du réel, d’un appesantissement du monde. Je pourrais seulement tourner autour, l’aborder sous différents angles, la contourner et revenir à l’assaut, mais je buterais toujours dessus. D’ici je vois maintenant le profil de la pente, celle que je n’ai pas voulu prendre. Peut-être la désinvolture est-elle encore pire que l’indifférence ? L’histoire de nos possibles, quelques-unes de ces coïncidences si malencontreuses que le tissu serré du réel se plisse. Ce à quoi j’aspire de mon côté, d’une certaine façon. Une attention extrême pour les choses. Le paysage me donne raison. Retrouver le temps et le prendre. Toute chose alentour soudain boite. Mais nous ne pouvons pas rester là.

Faculté de Paris

I LOVE GOLDEN BLUE
Publié le 1er décembre 2009
- Dans la rubrique JOURNAL
Temps Regard Récit Histoire






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter