| Accueil
LIMINAIRE

des extraits choisis de conversations volées

ne peuvent être reconnus contre moi que mes écrits

des séances de media training pour apprendre aux magistrats à communiquer

avec la presse et à contrôler l’information

La parole est au procureur

cet avis tient lieu de faire-part

comment ai-je pu dire un truc pareil ?

car il ne s’agit pas de se faire plaisir ou de se faire valoir

une impression d’aléatoire d’éphémère de transparence

dans une fugue échevelée de jeux de miroirs de coq-à-l’âne d’incises ironiques

en turc les verbes « mordre » (dislemek) et « rêver » (duslemek) sont presque identiques son écriture juxtapose fragments orniriques d’une autobiographie tourmentée fantasmes synopsis de film graffiti pornographiques et citations

nul ne voit la scène qui le fit

je voulais explorer l’usage du mot « je »

c’est la seule chose que je voulais faire

je voulais accoler la fausse personne à la vraie personne

nul ne voit la scène qui le fit

on ne peut que le rêver et vibrer aux traces de sa perte

nul ne voit la scène qui le défera

rien parmi tout ce qui se passe ne peut plus vous arriver

puisque vous êtes déjà mort

MORDRE ET RÊVER
Publié le 20 janvier 2005
- Dans la rubrique ENTRE LES LIGNES
Palimpseste Parole Citation Poésie Fragment Traces






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter