| Accueil

Certainement, il n’y a pas un art aussi intelligent que celui d’aujourd’hui. Il n’y a même que ça : de l’art intelligent, c’est bien le problème. Le problaiaime ! mais pourquoi un problème ? Parce que justement, il n’y a plus d’art, il n’y a plus que de l’art intelligent, c’est à dire, autant qu’il y a d’artistes, autant d’idées de l’art. Les artistes ne font plus d’œuvres, ils exposent leur idée de l’art. Toutes les œuvres veulent être des définitions de l’art, pas autre chose. Parce que pour les artistes, l’art en lui-même n’existe pas, il n’existe plus, ce qui est l’art, c’est la pensée de l’art. Le concept d’art a remplacé celui d’œuvre, les artistes actuels ne veulent plus qu’illustrer une idée de l’art, alors que justement ce qui fait l’art, c’est l’oubli de l’art dans la tension, dans l’effort qu’on fait pour créer une œuvre, œuvre qui justement contenait l’art en elle-même, était l’art même. L’art, avant, était partout dans l’œuvre, n’était que l’œuvre, il n’y avait pas d’art en dehors de l’œuvre, alors que maintenant c’est exactement le contraire : l’œuvre étant faite pour faire penser à l’art, les artistes mettent délibérément l’art en dehors de l’œuvre, partout sauf dans l’œuvre, c’est à dire nulle part. Mais justemaaoon ! c’est ça qui est formidaableoon : les artistes montrent que l’art est partout. C’est ce que fait Warhol, ce que font tous ces gens-là, ils montrent que l’art n’est plus qu’une façon de voir et que tout le monde peut être un artiste, qu’il n’y a plus besoin d’avoir une technique, il suffit d’avoir des idées. L’art est partout, il est donc pour tous. C’est à dire pour personne. Car à supposer que tout le monde soit capable d’avoir son idée de l’art (ce qui est une absurdité, car pour avoir une idée originale, personnelle, de ce qui doit être l’art, il faut déjà être un artiste) tout le monde ne ferait que ce que les font les artistes actuels : de l’illustration d’une idée personnelle de l’art, mais certainement et toujours pas de l’art. Ce qui est d’ailleurs tout à fait normal, et résulte de cette loi naturelle qui fait que plus on tend à penser, moins on tend à faire. Qu’est ce que vous racontez eu là eu ? Je ne comprends absolument rien !

Marc Cholodenko, Les états du désert, 1978.


LIMINAIRE le 15/08/2018 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube