| Accueil
LIMINAIRE

une fenêtre devant / une fenêtre derrière
nous et yvonne
suit la course à ne pas s’y noter,
ne pas s’étrangler la gorge entre baillante
saute la perche yvonne, crache cache
(se souvient encore vivement de leur première rencontre, et de qui présenta
yvonne à l’achat, adoption immédiate, remerciements écrits)
se penche la première fenêtre
sentant si fort l’autre derrière l’autre la suit des yeux
colle son dos, épaules et nuque, colle aux reins
la fenêtre derrière colle yvonne la fenêtre devant
yvonne entre fenêtres... jambon beurre cornichon ça t’ira ? elle me dit
étalant déplié papier sulfurisé, bocal ouvert
sac précisé anticipé préparé soin attentif, avec pain de mie tendre
facile d’emploi coupé tranches fines
conservez à l’abri de l’humidité ne pas dépasser la date limite inscrite sur
sûr ça ira
mâchons... on se regarde... on se sourit.... debout
on regarde le jardin sous la fenêtre devant
cependant que derrière, la fenêtre derrière suit tous nos mouvements.
debout derrière la fenêtre devant on regarde le jardin étalé déplié
promu neuf d’un premier regard comme un des jamais vu,
une fenêtre devant / une fenêtre derrière

tout se suit, tout s’enchaîne, tout s’emboîte
nous entre mèche
mèche.

entre peaux entre côtes entre mises entre vous : nous
Par Jivezi
Publié le 19 avril 2005
- Dans la rubrique ENTRE LES LIGNES
Fenêtre Corps






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter