| Accueil
LIMINAIRE



qui peut comprendre qu’on soit parfois dans les villes

comme en des forêts où chaque arbre vous ressemble

où chaque mouvement est vôtre où chaque cri

chaque regard se perdent dans la touffeur de l’air

où les craquements des choses

étouffent les battements du cœur

où l’odeur même du sol

est celle de votre corps

planté là sur une dalle en béton

usée par le vent et chacune de vos pensées

Comme en des forêts
Publié le 9 janvier 2010
- Dans la rubrique ENTRE LES LIGNES






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter