| Accueil
LIMINAIRE

Nous étions sans sommeil : couchés dans les roues d’horloge de la mélancolie, et nous courbions les aiguilles comme des férules, et elles jaillissaient en arrière et elles fouettaient le temps jusqu’au sang, et tu parlais à des crépuscule grandis, et par douze fois j’ai dit « tu » à la nuit de tes mots, et elle s’est ouverte, et elle est restée ouverte, et j’ai déposé un œil dans son sein et j’ai natté l’autre à tes cheveux et j’ai déroulé entre eux la mèche à feu, l’artère à nu - et un jeune éclair est venu à la nage.

Paul Celan

Cicatrice
Publié le 23 janvier 2007
- Dans la rubrique ENTRE LES LIGNES
Sommeil Nuit Citation






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter